Sami Bouabdellah
Agence QMI

Les impacts du conflit étudiant sur le tourisme inquiètent

Montréal - Les impacts du conflit étudiant sur le tourisme inquiètent

François Dumontier, le promoteur du Grand Prix du Canada.Photo: Ben Pelosse / Agence QMI


Sami Bouabdellah

Dernière mise à jour: 27-05-2012 | 21h56

MONTRÉAL – «Les négociations entre le gouvernement et les étudiants doivent avoir lieu. Même si cela prend plusieurs jours, voir des semaines, il ne faut pas interrompre les pourparlers après quelques heures sous prétexte qu'ils n'avancent qu'à petits pas.»

Voilà le message qu'a lancé Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), ainsi qu'une vingtaine de représentants du monde du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration de Montréal au ministre des Finances, Raymond Bachand.

La réunion organisée dimanche soir par la CCMM visait à faire le point sur les impacts de la grève étudiante sur les commerces montréalais en vue du début de la saison touristique.

Des impacts forts

«Les impacts se font déjà sentir et ils sont forts. Plusieurs hôtels perçoivent une baisse significative du nombre de réservations pour cette période de l'année», a souligné M. Leblanc.

Celui-ci a révélé que les restaurants du centre-ville subissent depuis plusieurs semaines les affres des manifestations. Certains restaurateurs des grandes artères telles que Saint-Denis et Sainte-Catherine enregistrent une baisse de 40 % de leur chiffre d'affaires, selon M. Leblanc.

«Nous craignons beaucoup pour les petits commerces, qui ne pourront pas se relever facilement d'une mauvaise saison touristique», a affirmé Yves-Thomas Dorval, président du Conseil du patronat du Québec.

Ce dernier, qui a assisté à la rencontre par téléconférence, a insisté sur le fait qu'il faut revenir au calme le plus vite possible afin de limiter les impacts sur Montréal.

L'après-crise

De son côté, M. Leblanc pense déjà à l'après-crise. «J'ai été étonné que le sujet soit amené sur la table, mais il y a eu beaucoup de discussions sur les moyens de redorer le blason de Montréal», a-t-il relaté.

Le président de la Chambre de commerce s'est dit inquiet des images qui circulent dans les médias étrangers. Les interventions musclées des policiers auprès des manifestants donnent une impression négative de la métropole, en opposition avec ses valeurs de tolérance, a-t-il souligné.

Pour remédier à la situation, M. Leblanc compte sur les nombreux évènements qui peuvent être tenus au Palais des congrès de Montréal, «un des meilleurs au monde», selon lui

. «Il faut que nous engrangions plusieurs congrès pour redonner aux gens d'affaires venus de l'étranger l'image d'une ville conviviale et sécuritaire», a-t-il expliqué.

Optimiste par rapport à l'exercice, celui-ci croit que cette réunion aura permis au ministre Bachand de trouver des pistes intéressantes pour alimenter sa réflexion sur la suite des choses.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos