Jean-Nicolas Blanchet
Agence QMI

Un journaliste a pu participer au vote de grève

Cégep Limoilou - Un journaliste a pu participer au vote de grève

Manifestation de l'Association pour une solidarité étudiante au cégep de Limoilou, le 18 mars.© Didier Debusschère / Agence QMI


Jean-Nicolas Blanchet

QUÉBEC – Il n'y a pas seulement les étudiants qui peuvent participer au vote de grève dans les assemblées générales étudiantes. Un journaliste du Journal de Québec en a fait la preuve en parvenant plutôt facilement à se prononcer sur la journée de grève de jeudi, au cégep Limoilou, à Québec.

Les étudiants du campus de Québec avaient rendez-vous mercredi à 11 h, dans le gymnase de l'école. Chaque étudiant devait présenter sa carte étudiante à l'entrée afin d'obtenir son carton bleu utilisé pour le vote à main levée. Le nom de chaque étudiant était alors également vérifié sur une liste.

Dans certaines assemblées de l'Université Laval, où l'auteur de ces lignes avait tenté le même exercice, c'est là que la tentative de participer au vote s'est arrêtée, puisqu'aucun autre accès n'était libre de passage, mais pas au cégep Limoilou.

Un détour de quelques enjambées et nous avons pu entrer dans le gymnase, sans que personne n'ait demandé une preuve étudiante. Le hic, on remarque que les étudiants ont ce carton bleu obligatoire pour le vote.

En fait, personne n'exigeait aux étudiants qui quittaient l'assemblée de remettre leur carton. Il a donc été très facile d'en récolter quelques-uns éparpillés dans la cafétéria. Il a suffi de retourner à l'assemblée pour se prononcer, à main levée avec le carton, sur la question de la journée de grève.

Coordonnateur de l'Association générale des étudiants et étudiantes du cégep Limoilou, François Saint-Laurent était visiblement choqué en apprenant qu'un représentant du Journal de Québec avait participé au vote. Il a expliqué qu'un accès était bien sécurisé et que si le journaliste a facilement pu entrer par un autre accès, à quelques mètres, c'est qu'il avait vraiment l'air d'un étudiant, a-t-il justifié.

Jour J pour le mouvement

La manifestation qui se tient jeudi, à Montréal, s'avère un tournant et peut-être bien l'apogée du mouvement de protestation contre la hausse des frais de scolarité. Plus de 300 000 étudiants sont d'ailleurs en journée de grève pour l'occasion.

Entre 60 000 et 100 000 étudiants sont attendus dans les rues de Montréal. Tous les bus scolaires de Québec ont été réservés par les mouvements étudiants. Trente véhicules de Québec quitteront pour Montréal jeudi, vers 9 h.

La CADEUL a invité les étudiants à aller piqueter les cours du matin, tout comme les cégeps, dont celui de Garneau, qui prévoit également une manifestation symbolique à 7 h 30.

Aucune action ou manifestation n'est prévue durant la journée dans la capitale.

Le vote d'une journée de grève a été adopté à forte majorité et la participation du Journal de Québec n'a pas influencé son résultat.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos