CIMA+, Dessau et SNC-Lavalin blâmés

Effondrement

Le ministère des Transports du Québec compte poursuivre les trois entreprises. © AGENCE QMI / 24H MONTREAL / ERIC BOLTE


Jean-Louis Fortin

MONTRÉAL - L'effondrement du 31 juillet dernier dans le tunnel Viger a été causé par une erreur de conception des firmes CIMA+, Dessau et SNC-Lavalin, selon le ministère des Transports du Québec (MTQ), qui compte poursuivre les trois entreprises.

Vendredi, le ministre des Transports, Pierre Moreau, a affirmé que le MTQ n'avait rien à se reprocher dans l'incident qui n'a miraculeusement fait aucune victime.

Il se base sur les conclusions d'un rapport de deux experts indépendants qui a été rendu public après sa conférence de presse.

«Il apparaît clairement qu'une faute a été commise lors de la conception des travaux et qu'elle est à la base de l'effondrement survenu en juillet dernier, a précisé le ministre Moreau. […] Celle-ci n'offrait pas la résistance requise pour supporter les charges en cause.»

Se référant au rapport des experts, il a également tenu à souligner que l'état des fondations et de la structure d'origine n'était pas en cause dans l'effondrement. «Les résistances du béton constituant la structure étaient conformes aux normes en vigueur au moment de la construction au début des années 1970», a dit le ministre Moreau.

Le ministère va réclamer aux concepteurs, dans le cadre d'une procédure civile, des dommages qui s'élèvent à «plusieurs millions de dollars», promet le ministre.

Il a aussi demandé à l'Ordre des ingénieurs du Québec d'enquêter pour déterminer s'il y a eu faute professionnelle de la part des ingénieurs qui ont conçu les plans.

Selon Pierre Moreau, la firme Laco Construction, qui effectuait les travaux sur le terrain, n'a rien à se reprocher.

L'effondrement du 31 juillet avait forcé la fermeture de l'autoroute Ville-Marie (A720) en direction est pendant plusieurs jours.


Vidéos

Photos