Des centaines d’autres «indignés» au Québec

Occupons

Plus de 200 «indignés» se sont rassemblés samedi à la place d'Youville, à Québec. © Benoit Gariépy / Agence QMI


Agence QMI

Dernière mise à jour: 15-10-2011 | 19h42

QUÉBEC – Montréal n'est pas la seule ville de la province où l'on s'oppose aux «excès» du capitalisme.

Plus de 200 «indignés» se sont rassemblés samedi après-midi à la place d'Youville, à Québec, pour participer au mouvement mondial d'occupation.

La manifestation pacifique a rapidement gagné de nouveaux participants, ce qu’ont apprécié les premiers arrivés, qui s'affairaient à installer des affiches.

Des gens de tous les horizons sont venus s'exprimer devant la foule pour revendiquer plus d'écoute de la part des gouvernements et une plus juste redistribution de la richesse.

«Nous sommes 99 % de l'humanité contre 1% de riches», ont fait valoir des manifestants.

Geste spontané

Des gens de tous les horizons étaient là pour crier leur indignation. Des manifestants «d’expérience», mais aussi des citoyens qui ont spontanément décidé d’occuper Québec.

C’est le cas de Michèle, qui a décidé sur un coup de tête de monter sur la scène pour parler aux manifestants. «Ce n’était pas téléguidé, c’était simplement pour exprimer mon indignation», a-t-elle dit.

Sur la tribune, François a toutefois rappelé l’importance de s’attarder aux gouvernements locaux malgré l’ampleur de cette manifestation mondiale. «Il faut s’occuper des problèmes d’ici avant de régler les problèmes des autres.» Plusieurs citoyens ont fait allusion aux problèmes de collusion dans le monde de la construction au Québec.

Une assemblée citoyenne s’est tenue après la manifestation afin de donner une structure au mouvement Occupons Québec. D’autres réunions du genre pourraient donc avoir lieu dans les prochaines semaines.

Sherbrooke

Au même moment, une centaine de personnes ont réclamé la fin de l’iniquité économique devant l’Hôtel de Ville de Sherbrooke.

Les manifestants, qui n’y sont restés que quelques heures, ont reconnu avoir eu des problèmes d’organisation, mais ils ont indiqué qu’ils comptent répéter l’expérience au cours des prochaines semaines.

Ailleurs

À Saguenay, une quarantaine de personnes ont manifesté au Quartier du Bassin, dans le secteur Chicoutimi, juste en face de la petite maison blanche qui avait miraculeusement résisté au déluge de juillet 1996.

«Nous ne sommes pas vos esclaves», avertissait une pancarte.

Un événement similaire avait aussi lieu au parc Champlain, à Trois-Rivières, où il y avait quelques dizaines de personnes.


Vidéos

Photos