Des «guérisseurs» incitent à ne pas suivre les traitements prescrits

Cancer

Le président du Collège, le Dr Charles Bernard, se dit très inquiet du discours d’Éric Hamel. © Agence QMI / Archives


Elsa Babaï

SHERBROOKE – Éric Hamel se présente comme un «libérateur» et donne des conférences partout au Québec. Il prétend que c’est par l’amour et l’énergie vitale que les maladies disparaissent. Mais ce n’est pas le seul message qu’il transmet.

Une enquête de J.E. a permis de constater qu’il tente de persuader ses clients, lors de séances privées, de ne pas suivre les traitements des médecins pour combattre le cancer.

La collaboratrice de J.E., équipée d’une caméra cachée, a rencontré le guérisseur à Sherbrooke, où il habite.

Il a voulu la dissuader de suivre les traitements que lui ont prescrits ses médecins: «Le problème c'est que, quand tu vois le médecin, lui, il essaie par tous les moyens de te convaincre qu’il faut absolument que tu fasses de la chimio. […] Si t'es faible, […] ne va pas voir ton médecin.»

Le Collège des médecins se dit très inquiet du discours d’Éric Hamel, qui diffuse son message dans des conférences mais aussi sur son site web.

Le président du Collège, le Dr Charles Bernard, a même affirmé qu’il agit dans l’illégalité. «Ici, on a quelqu’un qui a donné des conseils sur un traitement sur une maladie, en disant “ne va pas en chimiothérapie, viens on va te faire une séance de méditation”», a-t-il déploré.

J.E. a joint M. Hamel, qui a nié catégoriquement qu’il pose des diagnostics et donne des traitements. Son rôle se limite à «transmettre l’énergie vitale au corps physique», a-t-il soutenu.

Le Collège des médecins envisage d’enquêter sur Éric Hamel et a un autre «guérisseur» dans son collimateur: René-Hugues Giguère.

Le cas Giguère

L’ordre professionnel a même déposé une poursuite contre M. Giguère pour exercice illégal de la médecine.

Réjeanne Nicole le connaît bien. Son conjoint, atteint d’un cancer incurable du pancréas, a suivi six traitements, il y a trois ans.

Celui-ci a même cru qu’il allait guérir grâce aux soins prodigués par M. Giguère. Il est décédé deux mois après avoir suivi son dernier traitement.

«Je trouvais pas juste ce qui était arrivé, a dit Mme Nicole. J'avais l'impression qu'il avait été abusé.»

Toujours munie de sa caméra cachée, la collaboratrice de J.E. s’est aussi rendue à Saint-Anselme, en Beauce, pour suivre un «traitement» de M. Giguère.

Il a alors prétendu qu’il guérit des cancers et que celui de la collaboratrice disparaîtrait en trois traitements. L’homme très haut en couleur a même rejeté toute la responsabilité de la maladie sur sa cliente: «Dans des cas de récidives, vous l’avez créé. C’est vous.»

Le Collège des médecins a intenté en 2010-2011 cinq poursuites pour exercice illégal de la médecine et usurpation de titre réservé.

J.E. est diffusé le vendredi à 19 h à TVA.


Vidéos

Photos