Diane Tremblay / Agence QMI
Journal de Québec

Quand le «Faites attention» ne suffit plus


Diane Tremblay / Agence QMI

QUÉBEC | Il fut un temps où le seul conseil qui était donné aux futurs prêtres et soeurs était "Faites attention". Aujourd'hui, ils reçoivent des cours pour leur permettre d'apprendre à contrôler leurs pulsions sexuelles.

"C'est beaucoup plus complexe que ça", reconnaît soeur Marie-Paul Ross.

Si tant de religieux succombent au plaisir de la chair, c'est parce qu'ils ont été mal préparés. Dans le cadre de son travail, la religieuse a visité 26 pays pour rencontrer des représentants de l'Église afin de les éduquer sur la signification d'une pulsion sexuelle, d'une excitation génitale, d'un fantasme, etc.

"La chasteté accompagne le célibat religieux au sein duquel la pulsion sexuelle (...) ne s'exprime pas au niveau de l'excitation génitale ni émotionnelle, mais dans une relation amicale ou fraternelle."

On ne peut pas être religieux et s'enliser en même temps dans la quête du plaisir. "Cette duplicité est responsable de névroses de toutes sortes."

La religieuse cite entre autres les états dépressifs, les pulsions suicidaires (assez fréquentes parmi les religieux), les déviances sexuelles et autres.

Même dans la houle, la sexologue, native du Bas-Saint-Laurent, maintient le cap: dévoiler la vérité sans laquelle toute guérison est impossible.

Elle est consciente des réactions que son livre suscitera, mais elle n'a pas peur. Ce n'est pas la première fois qu'elle doit affronter les foudres de l'Église.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos