Agence QMI

Des funérailles d’État

Décès de Jack Layton - Des funérailles d’État

Plusieurs personnes se sont rassemblées sur la colline parlementaire pour rendre hommage à sa mémoire.© Chris Roussakis / Agence QMI

Dernière mise à jour: 22-08-2011 | 22h00

TORONTO - John Gilbert «Jack» Layton aura des funérailles d’État. Le premier ministre a offert cet honneur à la famille, qui a accepté. Les funérailles auront lieu au Roy Thompson Hall, à Toronto, ce samedi.

Jack Layton est décédé des suites d’un cancer chez lui, lundi matin vers 4 h 45. Le Canada entier se rappelle qu’il avait annoncé lors d’une conférence de presse le 25 juillet dernier qu’il combattait un deuxième cancer et qu’il prenait congé de la vie politique jusqu’à la rentrée parlementaire, le 19 septembre. Le rendez-vous n’aura pas lieu.

Jack Layton est né le 18 juillet 1950 à Montréal et il a grandi à Hudson au Québec.

Il a étudié à l’Université McGill et a milité pour la construction de coopératives de logements pour étudiants. Inspiré par la position du fondateur du parti Tommy Douglas en faveur des droits de la personne pendant la Crise d’octobre, il s’est joint au NPD en 1970, année où il s’est installé à Toronto.

Il a poursuivi des études en investissement étranger et en politique publique à l’Université York et a obtenu un doctorat en 1984. Il s’est ensuite dirigé vers l’enseignement.

La politique est une affaire de famille chez les Layton, car son arrière-grand-père, qui était aveugle, a mené avec son épouse dans les années 1930 la campagne sur les pensions d’invalidité à l’intention des non-voyants.

Son grand-père, Gilbert Layton, a été ministre dans le gouvernement de l’Union nationale de Maurice Duplessis, mais il a démissionné pour une question de principe. Son père, Robert Layton, a été député conservateur avec le gouvernement Mulroney.

Avant de se lancer en politique fédérale, Jack Layton a occupé le poste de conseiller municipal à Toronto, où il a été élu pour la première fois en 1982. Il sera réélu cinq fois.

En 2003, il a succédé à Alexa McDonough comme chef du Nouveau Parti démocratique . Sous sa direction, les néo-démocrates ont réorienté leur discours sur l’écologie et les changements climatiques ainsi que sur des préoccupations sociales comme le logement, la santé et les garderies.

Le parti a repris lentement du poil de la bête sous son leadership et a remporté 19 sièges lors des élections de 2004, puis 29 sièges en 2006 et 37 en 2008.

Lors d’une élection partielle à Outremont en 2007, Jack Layton a accueilli un premier député du NPD au Québec en la personne de Thomas Mulcair. Il s’agissait du premier néo-démocrate élu au Québec depuis l’élection dans Chambly en 1990 de l’ex-président de l’Association pour la protection des automobilistes, Phil Edmonston.

Jack Layton a annoncé le 5 janvier 2010 qu’il luttait contre un cancer de la prostate. Il a de plus été opéré en mars 2011 pour une fracture à la hanche, ce qui ne l’a pas empêché d’être sur la ligne de départ lors du déclenchement des élections générales le 26 mars 2011.

Le grand bond en avant pour son parti est survenu le 2 mai 2011, lorsque le NPD a fait élire 103 députés, dont 59 au Québec, pour devenir l’opposition officielle pour la première fois depuis sa fondation. Les Québécois ont été séduits par cet homme qui transmettait un message positif, dénué de cynisme et qui a fait une campagne électorale malgré la maladie sous le thème «Travaillons ensemble».

Lorsqu’il s’est présenté à la presse parlementaire, le 25 juillet, amaigri et la voix éteinte, pour annoncer qu’il devait se retirer de la politique pour combattre la maladie, il apparaissait probable que ce serait son dernier combat.

Dans l’esprit des Québécois, il restera le bon «Jack»; le politicien avec lequel, selon les sondages de la dernière campagne électorale, ils auraient aimé prendre une bonne bière fraîche.

En fin d’après-midi lundi, la famille de Jack Layton a émis un communiqué afin de demander «qu’au lieu de fleurs, des dons soient faits à l’Institut Broadbent pour faire vivre les idées et les rêves de M. Layton».

Les citoyens désireux d’offrir leurs condoléances peuvent se rendre sur le site du NPD au www.npd.ca et cliquer sur le lien «Offrez vos condoléances».

Des registres de condoléances seront déposés sur la Colline du Parlement à Ottawa, à l’hôtel de ville de Toronto et dans les bureaux de circonscription du NPD.

Lundi soir des vigiles commémoratives devaient se tenir dans plusieurs villes à travers le pays.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos