Agence QMI

Harper disposé à payer pour prévenir

Inondations en Montérégie - Harper disposé à payer pour prévenir

Stephen Harper a tenu un bref point de presse dans les locaux de la Sécurité civile, à Saint-Jean-sur-Richelieu, lundi.© Maxime Deland / Agence QMI

Dernière mise à jour: 06-06-2011 | 15h13

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU – Il aura mis beaucoup de temps à le faire, mais le premier ministre Stephen Harper s'est finalement rendu en Montérégie, lundi, afin de constater l'ampleur des inondations qui frappent la région depuis maintenant deux mois.

Fortement critiqué pour son absence depuis le début de la catastrophe, M. Harper a survolé en hélicoptère les secteurs inondés pendant une vingtaine de minutes, avant d'atterrir à Venise-en-Québec, où il a notamment rencontré le maire de l'endroit, Jacques Landry.

Il a par la suite tenu un bref point de presse dans les locaux de la Sécurité civile, à Saint-Jean-sur-Richelieu, afin d'annoncer que le gouvernement fédéral s'engageait à payer «50 % du coût des mesures permanentes d'atténuation des inondations qui ne sont pas admissibles aux programmes existants».

Aussi sur Canoe.ca
D'autre part, les sinistrés de la Montérégie pourront eux aussi bénéficier de leur prestation d'assurance-emploi plus rapidement qu'à l'habitude, comme c'est actuellement le cas pour les citoyens du Nord de l'Alberta et ceux du Manitoba, respectivement touchés par des incendies majeurs et des inondations.

Lundi, le porte-parole du premier ministre, Dimitri Soudas, a indiqué qu'il était inacceptable que les sinistrés de la Montérégie n'aient pas eu droit au même privilège à ce jour.

La visite de M. Harper en Montérégie a été bien accueillie par le ministre québécois de la Sécurité publique, Robert Dutil. «Je pense qu’il a pris conscience de l’ampleur des dégâts et c’est très bien qu’il soit venu», a dit le ministre.

«Le mieux est devant nous»

Par ailleurs, les niveaux d’eau du lac Champlain et de la rivière Richelieu étaient en faible baisse lundi. Des diminutions de 2 cm à 5 cm étaient prévues au courant de la journée.

Bien qu’il faudra probablement attendre plusieurs semaines avant que la rivière Richelieu retourne à son niveau normal, le ministre Dutil s’est dit persuadé « qu’on pourra sortir de cette crise-là prochainement».

«Le mieux est devant nous, les gens ont fait preuve de beaucoup de patience, mais il y a encore un petit bout à faire», a-t-il ajouté.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos