Reynaldo Marquez
Le Journal de Montréal
Journal de Montréal

Explosion du nombre de fourmis en vue

Reynaldo Marquez
Le Journal de Montréal

En plus des risques accrus de contracter le tétanos et d'une infestation de maringouins, un autre danger guette désormais les sinistrés des inondations en Montérégie. Les fourmis charpentières pourraient envahir leurs maisons sitôt l'eau repartie.

La situation des sinistrés de la Montérégie ressemble de plus en plus à celle des Dix Plaies d'Égypte, un récit catastrophe tiré de la Bible, où un malheur n'attendait pas l'autre.

En effet, les inondations historiques du dernier mois seraient propices à la multiplication des fourmis gâte-bois, mieux connues sous le nom de «fourmis charpentière».

Ces petites bestioles fondent leurs colonies dans les structures de bois humide, souvent dans les sous-sols de résidences ayant été infiltrées par l'eau.

Risques bien réels

Les risques que les sinistrés des inondations en Montérégie reçoivent la visite de ces fourmis destructrices sont donc bien réels.

C'est du moins l'avis de plusieurs exterminateurs interrogés hier par le Journal, dont Slawomir Kulach, agronome, spécialiste d'insectes et président de Roger Extermination, à Montréal.

«Ces fourmis adorent l'humidité. Et dès qu'un sous-sol est inondé, le taux d'humidité monte de beau-coup dans une maison», explique M. Kulach.

Les fourmis charpentières s'introduisent par «du bois attendri par l'eau», affirme Chantal Lessard, d'À Bas Prix Extermination.

«L'infiltration d'eau n'a pas besoin d'être importante pour attirer ces insectes», dit-elle.

M. Kulach et Mme Lessard précisent qu'ils ne desservent pas la région de la Montérégie.

D'importants dommages

Les fourmis charpentières sont un cauchemar pour les propriétaires en raison des milliers de dollars en dommages qu'elles peuvent causer à une maison.

«Elles font des trous partout et endommagent la charpente en bois des résidences», ajoute Slawomir Kulach.

Par contre, il est faux de croire que ces «bibittes» se nourrissent de bois. Elles grugent plutôt les murs et la charpente des résidences dans le but de pouvoir y installer leur nid, selon les experts.

De plus, le traitement pour s'en débarrasser varie de 200 à 1 000 $, selon l'ampleur de l'infestation. Ça, c'est sans compter les sommes nécessaires pour boucher les trous laissés par elles.

Éclosion anticipée

Pour l'heure, les exterminateurs interrogés n'ont rapporté aucune hausse de problèmes liés aux fourmis charpentières.

Toutefois, le soleil tant attendu par les Québécois pourrait bien précipiter l'éclosion de ces insectes.

Les fourmis sortent une fois que la grosse chaleur se fait sentir, explique Pierre, d'A-Z Extermination.

«Avec le temps pluvieux et humide des dernières semaines, les sinistrés ne seront pas les seuls à connaître des problèmes de fourmis. Ça ne sera pas beau», prévient-il.


Les fourmis en bref

Les fourmis charpentières mesurent entre 6 et 25 mm de longueur.

En cas de fortes inondations, comme celles de la Montérégie, ces bestioles grimpent aux arbres pour survivre.

Il faut prévoir 1 000 $ en frais d'extermination et plusieurs semaines pour s'en débarrasser en cas d'infestation majeure.

Une forte concentration de fourmis à un endroit précis, par exemple sous l'évier de cuisine, constitue un bon indice d'une infestation.

Source : Santé Canada



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos