Sarah-Maude Lefebvre
Agence QMI

Un CHSLD visé par une plainte criminelle

Santé - Un CHSLD visé par une plainte criminelle

Le président de l’AQDR, Louis Plamondon.© Agence QMI / Joël Lemay

Sarah-Maude Lefebvre

MONTRÉAL – L'Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) a remis mercredi aux policiers une plainte contre un Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), relativement à la mort suspecte d’un octogénaire.

Aussi sur Canoe.ca
Avec cette cause, l’AQRD espère faire jurisprudence, pour tous les «aînés oubliés».

Des négligences pourraient être à l’origine du décès de Maurice Gibeau. L’homme de 84 ans, qui éprouvait de sérieux problèmes de santé, vivait depuis quelques mois à la résidence du Parc Jarry, lorsqu’il est décédé subitement en décembre 2009.

L’enquête de la coroner Catherine Rudel-Tessier a permis d’établir que le préposé de garde dormait au moment de la mort de M. Gibeau et qu’il avait débranché le système d’alarme relié au lit du patient. Maurice Gibeau aurait donc tenté de demander de l’aide, mais en vain.

«Le [Centre de santé et de services sociaux] (CSSS) du Coeur-de-l'Île, responsable du CHSLD, n’a jamais révélé à la famille du défunt les circonstances de son décès. Le CSSS a tenté de cacher cette négligence. C’est épouvantable», s’est indigné le président l’AQDR, Louis Plamondon.

Plus de 700 morts suspectes

L’AQRP a déposé une plainte criminelle contre la résidence Parc Jarry et son employé, mercredi, dans l’espoir que cette cause se retrouve devant les tribunaux et, ainsi, faire jurisprudence dans le domaine des mauvais traitements envers les aînés.

«Quand un enfant meurt à cause de la négligence de ses parents, ces derniers sont poursuivis. On veut que le réflexe soit le même pour les aînés. Au Bureau du coroner, on nous a confirmé qu’il n’y a jamais eu d’accusations au criminel à la suite d’une enquête sur le décès d’une personne âgée: ce n’est pas normal», a lancé M. Plamondon.

Selon les statistiques obtenues auprès du Bureau du coroner par l’AQRP, on dénombre chaque année plus d’une soixantaine de décès de personnes âgées liés à de la négligence, que ce soit à la suite d’intoxications, de chutes ou de noyades.

«On banalise la mort des aînés. On se dit qu’une personne âgée va mourir de toute façon. On parle tout de même de près de 700 décès en 10 ans! C’est inacceptable», a martelé M. Plamondon.

Élargir la loi aux CHSLD

Il y a deux semaines, la Commission des droits de la personne et de la jeunesse a recommandé que l’on modifie la Loi sur la recherche des causes et des circonstances de décès pour «mieux protéger» les personnes âgées.

L’organisme, dans une lettre envoyée notamment au gouvernement et au Barreau au Québec, suggère que l’on étende la loi aux CHSLD et ressources intermédiaires, afin que le coroner soit avisé lors d’une mort suspecte et qu’il puisse du même coup mener une enquête.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos