Jean-Louis Fortin
Agence QMI

Une autoroute de moins à Montréal

L'autoroute 720 changera de nom - Une autoroute de moins à Montréal

L'Autoroute 720 deviendra une route nationale, la 136, mais sa capacité ne sera pas réduite pour autant.© Agence QMI / Sébastien St-Jean


Jean-Louis Fortin

MONTRÉAL – La Métropole perd une autoroute. À partir de 2018, l’A720, mieux connue sous le nom d’autoroute Ville-Marie, descendra en grade pour devenir une simple route nationale, la 136.

Mais cela ne signifiera pas moins de bitume, bien au contraire. Entre l’échangeur Turcot et la sortie Atwater, l’ouvrage dont la reconstruction débutera en 2012 conservera quatre voies dans chaque direction, en plus d’une voie réservée au transport en commun.

Le changement de statut de ce qu’il faudra désormais appeler la «route Ville-Marie» a fait hausser les sourcils de plusieurs observateurs, depuis novembre. Certains ont émis l’hypothèse qu’il a été prévu afin de contenter ceux qui demandaient une réduction de la capacité d’automobiles dans l’axe est-ouest de Turcot.

La semaine dernière, lors de la présentation du projet dans le Sud-Ouest de Montréal, l’architecte Pierre Brisset, qui s’oppose de longue date au projet du Ministère des Transports du Québec (MTQ), a contesté cette nouvelle appellation, en soulignant que la 136 aurait un achalandage hors normes pour une route nationale.

Selon ses observations, les routes nationales du Québec ont un débit «d’entre 5000 et 50 000 véhicules par jour». Or, d’après les prévisions du MTQ, la route 136 sera empruntée quotidiennement par près de 170 000 automobiles.

Voies moins larges

24H a analysé les données d’achalandage fournies par le MTQ , pour apprendre qu’au Québec, si on exclut les ponts, les routes nationales les plus achalandées sont le boulevard Taschereau à l’approche du pont Jacques-Cartier (route 134), et le boulevard Sir-Wilfrid-Laurier (route 116), où passent jusqu’à 75 000 voitures par jour.

Malgré tout, Caroline Larose, porte-parole au MTQ, explique que la distinction entre les autoroutes et les routes nationales «ne doit pas être faite selon l’achalandage, mais bien en fonction de la largeur des voies et des accotements».

Elle indique que sur une autoroute, chaque voie doit avoir une largeur minimale de 3,75 mètres, et les accotements doivent être de 3 mètres.

Sur une route nationale, la largeur minimale des voies est plutôt fixée à 3,5 mètres, et les accotements peuvent être de seulement 2,5 mètres.

Dans les faits, selon Caroline Larose, la future route 136 est bel et bien une route nationale, car ses voies auront 3,5 mètres de large. Par contre, les accotements seront de 3 mètres, comme sur une autoroute, pour garantir la sécurité si un véhicule doit s’y arrêter.

La porte-parole explique même que les voies plus étroites entraîneront un ralentissement des automobiles, un peu comme le phénomène qui se produit sur un chantier routier.

L’autoroute 720 en bref

-Longueur totale : 8,1 kilomètres

-Achalandage : 167 000 véhicules par jour (2008)

-Ouverture du premier tronçon : 1972

-Ouverture du tunnel Ville-Marie : 1974

-Ouverture du tronçon Sanguinet-Papineau : 1985

Source : MTQ



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos