Cancer du pancréas: le dépistage précoce serait possible

MONTRÉAL – Moins de 5 % des patients chez qui un cancer du pancréas est diagnostiqué sont encore vivants 5 ans après ce diagnostic et ce taux de survie n’a pas bougé depuis 40 ans.

Selon Bert Vogelstein, coauteur d’une étude conjointe de l’Institut médical Howard Hughes et de l’Université Johns Hopkins, deux théories s’affrontent pour expliquer pourquoi ce type de cancer est à ce point fatal.

«Une première théorie dit que les tumeurs pancréatiques sont très agressives dès le début de leur formation et se propagent aux autres organes très rapidement. Une autre théorie dit au contraire que ces tumeurs ne sont pas plus agressives que les autres, mais que les symptômes apparaissent trop tard pour que le cancer puisse être traité à temps.»

«Nous avons été agréablement surpris de découvrir que la seconde de ces théories est la bonne, du moins pour la majeure partie des tumeurs. Cela signifie donc qu’il est possible de les détecter à un stade précoce», a expliqué Bert Vogelstein.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont examiné les tissus de sept personnes décédées d’un cancer du pancréas. Ils ont ensuite recherché des échantillons de tumeurs précoces et de tumeurs métastatiques. Ce sont ces dernières qui se propagent aux autres organes.

Avec l’aide de Martin Nowak, un biologiste de Harvard, ils ont ensuite observé la façon dont la tumeur naît et se développe. Ils ont découvert qu’une tumeur précoce met 11,7 ans à se former dans le pancréas. Elle met ensuite 6,8 ans à se transformer en tumeur métastatique.

Or, le cancer du pancréas est rarement diagnostiqué avant le stade métastatique parce qu’il n’y a généralement pas de symptômes auparavant. À ce stade, les chances de survies sont minces: la plupart des patients meurent dans les trois années qui suivent le diagnostic.

Les chercheurs pensent toutefois qu’il est possible de détecter les mutations génétiques dans le pancréas avant l’apparition des tumeurs métastatiques grâce à des analyses de sang.

«Cette découverte est d’une importance capitale. Cela nous donne l’espoir de pouvoir un jour augmenter le taux de survie des personnes atteintes du cancer du pancréas grâce à un dépistage précoce», a expliqué Bert Vogelstein.


Vidéos

Photos