Nettoyer son inconscient

Mathieu Turbide
Journal de Montréal

L'atelier de «Renaissance» auquel un employé du BVG a participé l'automne dernier, aux frais des contribuables, s'appuie sur la technique du rebirth, un exercice d'hyperventilation qui permettrait de «nettoyer des souvenirs enfouis dans le subconscient».

Aussi sur Canoe.ca

«C'est effectivement la technique du rebirth, qui a été redécouverte dans les années 1970. On va revivre et nettoyer des choses qu'on peut avoir vécues dans l'inconscient au moment de la naissance. Notre atelier de renaissance utilise aussi la respiration, mais on ne »focuse« pas seulement là-dessus. Chaque personne va faire son travail à sa façon», explique Julie Nantel, l'une des animatrices de ces ateliers à l'Institut de développement de la personne (IDP) de Knowlton.

Dans son site, l'IDP explique que l'atelier «permet de libérer l'énergie bloquée lors d'expériences passées, dont la mémoire, ancrée dans l'inconscient, limite directement notre qualité de vie».

Mme Nantel souligne que pour suivre cet atelier, le participant doit obligatoirement avoir suivi l'atelier «Éveil du soi».

Meilleur au travail

Ces ateliers de l'IDP sont reconnus de-puis quelques années comme formation professionnelle par la loi québécoise sur les compétences, qui oblige les employeurs à débourser 1 % de leur masse salariale en formation.

Selon Mme Nantel, l'Éveil du soi et la Renaissance permettent aux employés de mieux travailler.

«Faire cette démarche-là permet aux gens d'avoir une meilleure attitude au travail, de meilleures relations, plus d'en-train, plus de participation, plus d'intérêt de façon générale en tant que personne qui travaille dans une équipe», soutient-elle.


Vidéos

Photos