Des coupures et des augmentations de taxes

Montréal - Des coupures et des augmentations de taxes

Le vice-président du Comité exécutif, Alan DeSousa, et le directeur du service des finances de la Ville, Robert Lamontagne.© Agence QMI


Jean-Louis Fortin

MONTRÉAL - Incapable de boucler son budget 2010, l’administration Tremblay a annoncé jeudi qu’elle doit sabrer 50 millions $ supplémentaires dans l’appareil municipal de Montréal, d’ici la fin de l’année.

La Ville a également décrété un gel budgétaire pour 2011. Elle compte abolir plusieurs postes de cadres et prépare déjà les Montréalais à des hausses de taxes l’année prochaine.

En conférence de presse, le responsable des finances au comité exécutif, Alan DeSousa, a montré du doigt la récession, dont les effets ont été plus durs que les prévisions des gestionnaires municipaux.

«Pour ceux qui pensaient que la récession est finie, la réponse est non. On en ressentira encore les effets pour au moins une année ou deux», a-t-il affirmé.

Concrètement, l’administration Tremblay demande à une dizaine de services centraux de la Ville, ainsi qu’aux sociétés paramunicipales et à chacun des 19 arrondissements, d’économiser 1% dans leurs budgets respectifs.

«L’exception est peut-être le Service de police de la ville de Montréal qui va tenter d’aller en chercher un peu plus en réduisant le nombre d’heures supplémentaires», précise Robert Lamontagne, le directeur du service des finances de la ville de Montréal.

Les directeurs des services ont jusqu’au 30 juillet pour présenter leurs solutions au Comité exécutif.

Moins de cadres

Pour épargner davantage, la Ville entreprend aussi de réduire le nombre de cadres.

Selon Alan DeSousa, il y a un cadre pour neuf employés à Montréal. L’objectif, au cours des prochains mois, est de porter ce taux à un cadre pour douze ou treize employés. Finalement, le responsable des finances a annoncé jeudi que la Ville allait geler ses dépenses pour 2011. «Concrètement, les services et les arrondissements devront opérer avec les mêmes ressources financières qu’en 2010», a-t-il expliqué.

Ce gel permettra d’épargner une centaine de millions $ l’année prochaine. Aux prises avec un déséquilibre anticipé de 400 millions $ pour 2011. C’est donc dire que l’administration Tremblay devra encore trouver 300 millions $ à épargner d’ici novembre prochain.

Une partie de cette somme sera amassée avec des hausses de taxes. «Le maire a déjà dit qu’il voulait qu’elles (les hausses) suivent au moins l’inflation», a expliqué Alan DeSousa.

«Dédoublement des services»

Du côté de l’Opposition officielle à l’Hôtel de Ville, on estime que le maire devrait plutôt s’attaquer aux «dédoublements de services entre la ville centre et les 19 arrondissements».

«Le Conseil doit explorer cette possibilité pour réaliser des économies permanentes et optimiser l’organisation des ressources, tant matérielles qu’humaines. Des coupures à la pièce dans les services aux citoyens proposées par l’administration Tremblay sont inacceptables», a dit la chef de Vision Montréal, Louise Harel, dans un communiqué.

Son parti présentera d’ailleurs une motion en ce sens lors du prochain Conseil municipal, le 23 août.


Vidéos

Photos