Les déménageurs affichent complet

Habitation - Les déménageurs affichent complet


Stéphanie Saucier

MONTRÉAL - À l’approche du jour D, pour déménagement, les Montréalais qui n’ont pas déjà fait appel à des déménageurs devront compter sur leurs familles et amis puisqu’en cette période de pointe, pratiquement aucune compagnie de déménagement n’a de main d’œuvre à offrir.

Les entreprises spécialisées en déménagement que nous avons contactées sont unanimes, elles sont à pleine capacité pour jeudi, et ce, même pour les deux jours précédents, et les quelque dix jours suivants également. Il n’est pas rare non plus que les bras des déménageurs soient réservés six mois avant la date, certaines personnes sachant dès janvier qu’elles quitteront leur domicile.

«Le 1er juillet se vend avant que l’année soit commencée, c’est toujours la même folie. Et les gens réservent généralement sans savoir où ils habiteront», souligne le propriétaire de Déménagement Gareau, Pierre Gareau, dont l’horaire est très chargé jusqu’au 10 juillet. Cette situation est la même pour l’une des plus grosses entreprises du genre au Québec, le Clan Panneton, qui commence à garnir son agenda du 1er juillet dès le 2 janvier.

«Entre la Saint-Jean et le 1er juillet, c’est très achalandé. En fait, le mois de juin, c’est le plus occupé. Après le jour du déménagement, ce sont les livraisons des biens en entrepôt qui embarquent. Nous, on en a jusqu’au 18 juillet», fait valoir le président du Clan Panneton, Pierre J. Cyr.

Déjà à l’ouvrage

Du côté de Déménagement Expert Plus, à Montréal, il y a déjà deux semaines que les 11 camions de la compagnie roulent chaque jour et effectuent une vingtaine de déménagements quotidiennement.

«Il est trop tard pour le 1er juillet, car on travaille déjà sur une trentaine de déménagements. Je dois aussi refuser ceux qui appellent à la dernière minute, mais après le 2 juillet, on les prend», indique le propriétaire Serge Lavoie.

Toutes les entreprises affirment toutefois que certains retardataires pourraient bénéficier d’une chance de dernière minute, en profitant notamment des annulations d’autres citoyens qui ont pris de l’avance.

«On a une liste d’attente. Il faut simplement que les gens soient flexibles sur l'heure», avance M. Cyr.

Pénurie de camionneurs

Ce dernier ne peut toutefois desservir autant de clientèle qu’au cours des années précédentes, lui qui doit conjuguer avec un manque de détenteurs de permis de classe 3 et 5, permettant de conduire des poids lourds.

«Je n’ai que 60 camions sur la route cette année. C’est beaucoup moins qu’avant. Ces chauffeurs sont une denrée rare, et la pénurie est chronique depuis les cinq dernières années», assure-t-il.

Le 1er juillet, environ 100 000 Québécois changeront d’adresse, selon Hydro-Québec.


Vidéos

Photos