Pénurie de logements de deux chambres à coucher et plus

Montréal - Pénurie de logements de deux chambres à coucher et plus

Le taux d'inoccupation pour les logements locatifs d'une seule chambre est de 3,1% alors que celui des logements de deux chambres et de trois chambres et plus n'est que de 2% et 1,7% respectivement. © Archives


Stéphane Fortier

MONTRÉAL - En 2009, le taux d'inoccupation de 2,5% enregistré dans le Grand Montréal pour des logements de deux chambres et plus s’est retrouvé légèrement sous le seuil d'équilibre de 3%.

Ces chiffres issus d’une compilation spéciale réalisée par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) pour le compte de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), montre également que plus les logements locatifs comptent un nombre élevé de chambres à coucher, moins ils sont disponibles sur le marché.

Le Grand Montréal est une région qui englobe 82 municipalités qui se répartissent sur l’île de Montréal et jusqu’aux extrémités des couronnes Nord et Sud en banlieue. Ainsi, le taux d'inoccupation pour les logements locatifs d'une seule chambre est de 3,1% alors que celui des logements de deux chambres et de trois chambres et plus n'est que de 2% et 1,7% respectivement.

Par ailleurs, l'agglomération de Longueuil présente un taux d'inoccupation équilibré soit 2,9 %, mais les logements locatifs inoccupés se retrouvent principalement dans l'arrondissement du Vieux-Longueuil.

À Laval, contrairement aux quatre autres secteurs du Grand Montréal, la rareté des logements locatifs s'est accentuée depuis 2008 et à peine 1,7% des logements locatifs sont disponibles à la location en 2009.

Dans les couronnes, bien que le taux d'inoccupation ait augmenté depuis 2008 (particulièrement dans la couronne sud) on observe toujours une pénurie de logements locatifs. Pour François Saillant coordonnateur du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPPRU), ce qui est important de savoir, c’est qu’il manque des logements familiaux et des logements à prix abordables. «Depuis 2000, les loyers ont augmenté de 32%, ça aussi, il ne fait pas l’oublier», rappelle M. Sailllant.

Ces données sont demeurées relativement stables comparativement à 2008. Des chiffres plus récents, soit pour la première moitié de 2010, devraient être publiés au cours de la semaine prochaine.


Vidéos

Photos