Le iPhone pour se stationner

Mathieu Turbide
Le Journal de Montréal

Vous aimeriez savoir pour combien de temps l'automobiliste qui vous précède a payé, quand vous vous stationnez devant un parcomètre à Montréal ? Un informaticien croit avoir trouvé une solution.

Ruddy Opimbat, un programmeur de Brossard, a développé un logiciel iPhone gratuit dédié à ce problème: le iPAP (pour Parking Already Paid).

Le principe est simple. Une fois le logiciel téléchargé sur son iPhone, un automobiliste peut facilement entrer le numéro de la place de stationnement qu'il occupe et indiquer l'heure d'expiration de son ticket.

De leur côté, les automobilistes qui cherchent une place de stationnement peuvent voir sur leur iPhone les places disponibles pour lesquelles le temps a été déjà payé.

«La première raison pour laquelle j'ai fait ce logiciel, c'est que je suis un utilisateur de la route, explique M. Opimbat. Je suis frustré de me rendre compte qu'il y a des gens qui paient pour le stationnement et que ce temps est perdu quand ils quittent.»

Le programmeur de Brossard travaille pour OS, une entreprise qui se spécialise dans le développement de logiciels pour l'iPhone. Il dit avoir eu l'idée en voyant que des automobilistes plaçaient leur ticket sur la borne de stationnement avant de quitter pour indiquer qu'il restait du temps. «Je me suis dit qu'il serait simple de mettre cette information sur un serveur à la portée de tout le monde», explique-t-il.

L'efficacité d'un tel système repose sur le nombre de ses utilisateurs.

«Effectivement, plus il y aura de gens qui l'utilisent, plus l'application aura du succès. C'est le principe du crowd-sourcing», souligne l'informaticien, qui dit avoir utilisé le même principe que celui de Trapster, un logiciel controversé qui permet de localiser les radars de police et qui compte plus de 5 millions d'utilisateurs.

Un service planétaire

Ruddy Opimbat soutient que son logiciel est le tout premier du genre dans le monde. Disponible sur l'AppStore d'Apple depuis le vendredi 7 mai, l'iPAP a été téléchargé par environ 250 personnes, surtout en Allemagne et aux États-Unis.

«Peu importe où tu te trouves, l'application fonctionne. L'information est envoyée ici à Brossard sur le serveur principal et elle est diffusée là où l'utilisateur se trouve», précise-t-il.

Il espère que le système deviendra populaire dans les villes qui ont le même système de stationnement infor matisé que celui de Stationnement Montréal, comme San Francisco ou Victoria, en Colombie-Britannique.

Mais même si son iPAP devenait un succès mondial, M. Opimbat n'a pas l'intention de le vendre.

«Ça doit rester gratuit. C'est un logiciel qui nécessite la générosité des gens. Je ne vais pas leur demander de payer 1$ pour ça. Moi, ça me sert, et ça peut servir à n'importe qui. C'est ça la motivation», assure-t-il, en ajoutant qu'il n'exclut pas la possibilité «secondaire» d'y accoler éventuellement une forme de publicité ou de marketing.


* Pour télécharger le logiciel, cherchez «iPap» dans le magasin en ligne d'Apple, le App Store.


Vidéos

Photos