Un nouveau souffle pour la métropole

Dany Doucet
Le Journal de Montréal

La région de Montréal possède non seulement quelques-unes des infrastructures urbaines nécessaires pour accueillir les Jeux olympiques, comme un métro, un vaste inventaire de chambres d'hôtel, un stade et un amphithéâtre de hockey, mais elle aurait grandement besoin du nouveau souffle que lui donneraient les milliards d'investissements qui accompagnent l'organisation des Jeux olympiques.

À Vancouver, ce sont cinq milliards d'investissements qui ont changé pour longtemps l'image de la ville.

«On pourrait enfin terminer la navette pour relier le centre-ville et l'aéroport, cite en exemple M. Désourdy. On pourrait enfin améliorer l'autoroute des Laurentides à six voies au moins jusqu'à Saint- Sauveur, où devraient se tenir les compétitions de ski acrobatique. »

Même chose pour les auto-routes 35 et 10, qui mènent les touristes de la région de Boston vers Montréal, qui pourraient enfin être terminées.

Ces améliorations des infrastructures profiteraient pour longtemps à la région de Montréal, dit-il, donc à tout le Québec en raison du rôle moteur que joue la métropole pour le développement de la province.

Infrastructures sportives

Le Stade olympique est déjà là, mais il a justement besoin d'importantes rénovations.

Son toit doit être refait, pour commencer, et si possible, ses gradins intérieurs qui ont toujours eu le défaut d'être trop loin de l'action pour la plupart des spectacles sportifs.

"Il va un jour falloir faire quelque chose avec notre stade. Ou bien on le détruit, ou bien ou le garde. On ne peut pas toujours peinturer pardessus la rouille...

«C'est l'endroit parfait pour les cérémonies d'ouverture et de fermeture, pour la remise des médailles, etc.»

Montréal a déjà le Centre Bell pour le hockey, mais M. Désourdy reconnaît que Québec aura besoin du sien si elle veut attirer une éventuelle équipe de la LNH, et que le projet pour rait aussi être considéré.

Mont-Tremblant

De plus, selon M. Désourdy, la plupart des équipements sportifs ont plus de chances d'être utilisés dans le futur à Montréal qu'à Québec. La survie de ces installations est d'ailleurs très importante pour les fédérations sportives internationales.

En ce sens, Mont-Tremblant est l'endroit parfait au Québec pour assurer la survie de ces équipements.

«Tremblant a besoin d'un nouveau souffle pour continuer à se développer et à concurrencer les centres du Nord-est américain qui ont beaucoup investi ces dernières années pour attirer les clientèles de New York et Boston. Tous les Québécois ont mis pas mal d'argent dans Tremblant, il ne faut pas laisser tomber cet investissement. »

Quelle montagne pour la descente ?

Cela dit, il manque 200 mètres de dénivellation à la montagne de Tremblant pour tenir la compétition de descente.

"Pour la descente, il faudra peut-être se tourner vers White Face Montain à Lake Placid, pas si loin dans l'État de New York, ou vers le Massif dans Charlevois, où il ne manque que 100 mètres.

«D'autres compétitions pourraient avoir lieu dans la région de Québec, il faudra voir.»


Vidéos

Photos