Quadrilatère Saint-Laurent: le promoteur s’impatiente

Montréal - Quadrilatère Saint-Laurent: le promoteur s’impatiente

Le projet d’édifice de 15 étages qui devait être érigé au coin des rues Saint-Laurent et Sainte-Catherine a fondu considérablement, et n’aura plus que quatre ou cinq étages de haut. © Photo QMI


Jean-Louis Fortin

MONTRÉAL - Christian Yaccarini, le promoteur immobilier de trois immeubles phares près du Quartier des Spectacles, est excédé de ceux qui mettent des bâtons dans les roues de ses projets de développement, qui ont été modifiés pour coûter moins cher et dont la construction est retardée.

Moins d’une semaine après qu’on ait appris que les projets du 2-22, du Quadrilatère Saint-Laurent et du bâtiment qui sera construit sur la station de métro Saint-Laurent devaient être revus faute d’argent, le président de la Société de développement Angus (SDA) cachait mal son impatience, jeudi.

Devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, il a déploré «qu’il n’y ait pas de consensus» autour de la revitalisation du quartier du Red Light.

«On a perdu tous nos repères dans ce projet là», a-t-il résumé.

Café Cléopâtre

Le projet d’édifice de 15 étages qui devait être érigé au coin des rues Saint-Laurent et Sainte-Catherine a fondu considérablement, et n’aura plus que quatre ou cinq étages de haut.

Mais avant qu’il soit construit, le promoteur devra avoir réglé son différent avec le propriétaire du Café Cléopâtre, un cabaret érotique qui refuse de déménager parce qu’il s’estime menacé de disparition.

«On espère toujours en arriver à une entente de gré à gré», a indiqué le grand patron de la SDA à propos de ce dossier qui traîne en longueur.

Quant au 2-22, on apprenait la semaine dernière qu’au lieu de présenter une impressionnante façade en verre, le futur édifice comprendra un étage de moins que prévu et aura une devanture plus simple en brique.

«Ça se peut qu’on se soit trompé. Mais c’est clair qu’il fallait faire du volume, quand tu payes ton terrain 400$ le pied carré», s’est-t-il défendu.

La consultation, «une comédie»

Le grand patron de la SDA a aussi été virulent envers au processus de consultation publique, réalisé en 2009 par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), qu’il a qualifié d’ « aberrant » et comparé à «une comédie».

«Le niveau de frustration devient élevé. Le processus de consultation devrait être au début, et non à la fin du projet», a-t-il résumé.

Dans son rapport, l’organisme de consultation avait sévèrement jugé le projet de revitalisation du quartier, déplorant entre autres l’architecture trop massive des immeubles proposés.

Le promoteur a bon espoir que les travaux de construction du 2-22, «un immeuble dont 90% de l’occupation sera culturelle», débuteront en mai prochain pour se terminer en mars 2011.


Vidéos

Photos