Boissons gazeuses et énergisantes taxées?

Québec - Boissons gazeuses et énergisantes taxées?

© Archives

Après la suggestion de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) d’imposer une taxe supplémentaire sur la malbouffe et l’eau en bouteille, la Coalition Poids propose une mesure similaire pour les boissons gazeuses et énergisantes.

La présidente de l’organisme, Suzie Pellerin pense qu’en instaurant une telle mesure, Québec pourrait non seulement réduire les coûts de «l’épidémie d’obésité sur le système de santé québécois», mais aussi renflouer les coffres de l’État.

«En 1999, les coûts étaient déjà estimés à 700 millions $ annuellement Ces coûts sont appelés à augmenter. C’est pourquoi il est si important de multiplier les signaux pour favoriser l’adoption de saines habitudes de vie», peut-on lire dans un communiqué de presse émis mercredi.

L’instauration d’une taxe de cinq sous par litre de boissons gazeuses et énergisantes pourrait rapporter 40 millions $ par année à l’État. De plus, une consigne «santé» d’un sou, qui s’appliquerait comme celle de Recyc-Québec pourrait quant à elle permettre d’enrichir Québec de 13 millions $ à chaque année.

Contrainte d’application

Mme Pellerin est heureuse de voir que d’autres groupes, comme la FMSQ s’inquiète du phénomène de l’obésité, mais elle voit une «contrainte d’application majeure» dans la proposition de la fédération, soit celle de définir exactement ce qu’on entend par «malbouffe».

«L’application d’une mesure fiscale sur les boissons gazeuses et énergisantes est beaucoup plus facile, puisque ces produits sont clairement définis et que le lien entre ceux-ci et l’obésité a été scientifiquement démontré», explique-t-elle.

Advenant l’instauration de cette taxe, la Coalition Poids souhaite voir les sommes récoltées être réinvesties dans la promotion des saines habitudes de vie et de l’activité physique.


Vidéos

Photos