Accurso a financé l'ADQ

Politique - Accurso a financé l'ADQ

Mario Dumont admet que Tony Accurso, qu’il a rencontré à plusieurs reprises, a financé l’ADQ.© Journal de Montréal - Archives

Mathieu Turbide
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 24-10-2009 | 09h00

L'Action démocratique du Québec, qui a accusé trois ministres libéraux d'avoir séjourné sur le yacht de Tony Accurso, a elle-même profité des largesses du propriétaire des firmes Simard-Beaudry et Louisbourg, révèle une enquête du Journal de Montréal.

Aussi sur Canoe.ca

En 2007, alors que Mario Dumont était chef de l'opposition officielle, l'ADQ a organisé une activité de financement au restaurant Onyx, dans le complexe Tops, à Laval, propriété de Tony Accurso.

Selon nos sources, la soirée a été faste et bien arrosée, et la facture a atteint la somme de 14 000 $. Tony Accurso, qui était présent à la soirée, aurait insisté pour la payer.

Joint hier soir par le Journal, Mario Dumont a dit se souvenir de cette soirée de financement. «On a eu une activité à l'Onyx, a-t-il admis. Il y avait une cinquantaine, une soixantaine, peut-être même une centaine de personnes, je ne m'en souviens pas. Mais, oui, de mémoire, c'était une activité de financement.»

Toutefois, l'ancien chef adéquiste ne peut pas dire qui a payé la facture, même s'il ne croit pas que ce soit Tony Accurso. «Je ne pense pas, non. Généralement, on paye. Une activité de financement, tu payes tes dépenses, tu ramasses les revenus, tu fais la différence et ça fait les profits de l'activité», dit-il.

Des rencontres fréquentes

Mario Dumont ne cache pas qu'il a souvent rencontré le controversé entrepreneur. Même avant que l'ADQ ne perce lors de l'élection de 2007.

«J'ai rencontré Tony Accurso à plus qu'une reprise. [...] Je pense que la première fois que c'est arrivé, M. Accurso a donné de l'argent à l'ADQ. On devait être à 11 % dans les sondages. C'était dans un tournoi de golf, je ne sais pas trop où, sur la Rive-Nord, quelque part, quand on avait juste une poignée de députés», se souvient l'ex-politicien, aujourd'hui animateur de l'émission Dumont 360 à V.

À son avis, tous les politiciens ont des rencontres ou des liens avec les entrepreneurs en construction et les firmes d'ingénierie.

«Tous les gens qui sont dans cet environnement: M. Accurso, les firmes d'ingénieurs, les firmes de construction, etc., tous les politiciens les connaissent. C'est eux qui construisent au Québec. C'est eux qui construisent le Québec. C'est eux qui ont les projets pis tout ça», explique- t-il.

Pas à coups de 2 $

Les partis politiques, dit-il, n'ont pas le choix d'accepter ces contributions s'ils veulent garnir leurs caisses électorales.

«Tu sais, le Parti libéral ramasse plus d'argent qu'Opération Enfant-Soleil. Je ne sais pas s'il y a du monde assez niaiseux pour penser que ça se ramasse à coups de deux piastres. Les activités qui rapportent, ça vient de la communauté des affaires pour beaucoup», fait remarquer Mario Dumont.

  • Jeudi, à la période des questions de l'Assemblée nationale, la chef parlementaire de l'ADQ, Sylvie Roy, a causé toute une commotion avec la question suivante, en réclamant une commission d'enquête: «Est-ce que le ministre de la Sécurité publique, dans ses vérifications, a appris que le premier ministre sait qu'il y a trois ministres qui ont été sur le bateau d'Accurso?»
  • Sommée par Jean Charest de nommer les trois ministres en question, elle a toutefois refusé et elle n'a pas répété ses allégations à l'extérieur de l'Assemblée, là où elle ne bénéficie pas de l'immunité parlementaire.
  • Jointe hier soir, la relationniste de M. Accurso, Mylène Forget, a expliqué que son client ne donnait aucune entrevue.


Vidéos

Photos