Un conseiller crie à l'injustice

Politique

 

Mathieu Turbide
Le Journal de Montréal

C'est en criant à tue-tête pour qu'on l'entende malgré son micro coupé que le conseiller municipal indépendant de Pointeaux- Prairies, Nicolas Montmorency, aura fait sa dernière intervention au conseil municipal, hier soir.

Pendant la période des questions de l'opposition, le jeune conseiller a reproché au maire Gérald Tremblay et aux autres élus du conseil de ne pas l'avoir défendu lorsqu'il a été «roulé dans la boue» par les médias anglophones, pendant l'été.

Nicolas Montmorency avait lancé, au mois d'août, la suggestion de changer le nom de la rue Amherst, en raison du passé militaire douteux de l'officier britannique Jeffrey Amherst. Selon certains historiens, Amherst aurait ordonné d'utiliser des bactéries pour éliminer des populations amérindiennes.

«Je me suis fait rouler dans la boue, A mari usque ad mare de ce bien peu respectueux pays qu'est le Canada. À la une de plusieurs jour naux, on m'a traité d'idiot, de raciste, d'ignorant», a-t-il dit, avant d'accuser le maire Tremblay et le chef de l'opposition, Benoît Labonté, d'être restés «assis sur votre chaise [...] dans le confort de votre indifférence la plus totale».

Mais comme son intervention se prolongeait bien au-delà du temps permis pour poser sa question, le président du conseil, Marcel Parent, lui a demandé à deux reprises de conclure et de poser sa question.

Cris et applaudissements

Mais pendant que le conseiller continuait de parler rapidement, sans prendre son souffle -et sans poser sa question -, son micro a été coupé.

C'est alors que Nicolas Montmorency s'est mis à crier afin que les conseillers et les personnes assises dans l'assistance puissent l'entendre. Il a continué son discours de cette manière pendant plus de deux minutes.

On l'a entendu citer Diane Lemieux, nouvelle recrue de Gérald Tremblay, quand elle avait dit que l'Ontario n'avait «pas de culture», mais que Montréal en avait bel et bien une, ce qui a provoqué des applaudissements dans l'assistance.

Nicolas Montmorency a été élu en 2005 sous la bannière de Vision Montréal, mais il siège comme indépendant depuis 2006. Il a annoncé récemment qu'il ne serait pas candidat aux prochaines élections.


Vidéos

Photos