Le prêt-à-camper gagne en popularité

Éric Yvan Lemay
Le Journal de Montréal

Une nouvelle tendance se dessine dans les terrains de camping et les parcs nationaux du Québec: le prêt-à-camper gagne de plus en plus d'adeptes, si bien qu'on peine à répondre à la demande.

«C'est un engouement récent, dans les deux ou trois dernières années. La demande par rapport à l'offre est excessive», dit Amélie Gagné, coordonnatrice marketing et événements chez Camping Québec.

Aussi sur Canoe.ca

Environ 30% des 578 membres de l'organisation fournissent des tentes ou des tentes-roulottes pour les amateurs de ce type d'hébergement. «Ils ont tout sur place, ils n'ont qu'à apporter leur glacière et leur literie», dit Amélie Gagné.

Les jeunes familles et les retraités qui envisagent d'acquérir une tente-roulotte sont les principaux utilisateurs. «On a commencé avec deux roulottes cet été. On avait prévu certains revenus et on a fait le double», se réjouit Sandra Pétrin, gérante au Camping Alouette à Saint-Mathieu-de-Beloeil.

Le succès de l'été

Selon elle, il ne serait pas surprenant que les propriétaires étendent l'offre, même si ça veut dire des investissements importants. «On a même eu des gens qui sont venus rester ici en attendant d'avoir leur maison», raconte-t-elle.

Le succès de l'été dans le prêt-à-camper revient toutefois aux tentes Huttopia, qui sont disponibles dans 14 parcs nationaux de la province. Elles ont été particulièrement populaires dans la région des Cantons-de-l'Est. Les parcs du Mont-Orford et Yamaska ont eu des taux d'occupation records de respectivement 97,6% et 98,9% en juillet.

Expansion

Pour l'ensemble des parcs, on a noté un taux de fréquentation de 94,9% en juillet. Même si on note une légère baisse à 85,8% en août, la popularité reste là. «Les gens doivent souvent réserver plusieurs mois à l'avance», dit Lucie Boulianne, chargée de projet en communications à la Sépaq.

«C'est dispendieux d'avoir tout l'équipement pour faire du camping une fois dans l'été. Pour ceux qui ne possèdent qu'une petite Yaris, ça peut aussi être un compromis pour ne pas avoir à traîner tout l'équipement», poursuit-elle.

Le parc d'Aiguebelle s'est ajouté cette année aux nombreux parcs qui offrent ce nouveau genre de camping. Et déjà, les propriétaires prévoient de l'expansion. «C'est certain qu'on va en ajouter dans les prochaines années. Les gens veulent ce type d'hébergement», conclut-on au parc d'Aiguebelle.


Vidéos

Photos