Le palace de Pauline: un intérieur somptueux

Mathieu Turbide
Le Journal de Montréal

La vente de la maison luxueuse de Pauline Marois continue de susciter énormément d'intérêt. À tel point que la chef du Parti québécois a demandé à ses agents d'immeubles de ne plus accorder aucune entrevue aux médias concernant sa propriété.

Les agents de la prestigieuse firme Sotheby's International ont publié sur leur site Web, au cours des derniers jours, des photographies de l'intérieur de la splendide maison de Mme Marois, baptisée La Closerie.

On y voit notamment des images de la pièce maîtresse de la maison, qui est entourée de 24 portes françaises, selon la description donnée sur le site.

«La Closerie entretient des relations très étroites avec son cadre naturel. La vie domestique s'y plie à la course du soleil et au rythme des saisons. L'hiver, elle s'organise autour de la grande pièce avec ses 24 portes-fenêtres», peut-on lire, mot à mot, dans la description de la propriété en français (disponible seulement lorsqu'on demande à imprimer la fiche descriptive).

Les agents immobiliers Peter Alovisi et Cyrille Girard ont décliné nos demandes d'entrevue, prétextant qu'ils avaient reçu des demandes de plusieurs magazines, stations de télé et journaux, et qu'ils avaient reçu des instructions très précises de ne plus parler publiquement de la maison. «C'est un dossier très particulier», nous ont-ils répondu.

La maison de Pauline Marois, sur la rue Cherrier, à l'île Bizard, est en vente de-puis le mois dernier au coût de 8 millions $.

Mme Marois a expliqué qu'elle souhaitait s'installer à Saint-Irénée, dans Charlevoix. Elle doit faire construire une nouvelle demeure, moins luxueuse, sur un terrain qu'elle possède déjà avec son conjoint Claude Blanchet.


Vidéos

Photos