Un quartier qui reprend vie

Montréal-Nord - Un quartier qui reprend vie

© Mathieu Turbide

Mathieu Turbide
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 04-08-2009 | 09h41

Le décès de Fredy Villanueva, mort sous les coups de feu d'un policier il y a presque un an, a permis à Montréal-Nord d'accélérer la réalisation d'une foule de projets, selon le directeur général de l'arrondissement.

Aussi sur Canoe.ca

La mort du jeune homme de 18 ans - et les émeutes qui ont suivi - ont eu l'effet d'un électrochoc sur ce secteur de Montréal.

Depuis un an, des projets qui traînaient ont débloqué, des citoyens ont commencé à s'impliquer et des groupes qui vivaient chacun de leur côté ont commencé à se parler.

«C'est sûr que ces événements-là ont ouvert les yeux à beaucoup de monde et ça nous a facilité la tâche pour convaincre les autres paliers de gouvernements d'investir dans des projets ici», souligne le directeur général de l'arrondissement, Serge Geoffrion, qui a participé de près au renouveau qui s'est opéré à Montréal-Nord depuis l'été dernier.

Ainsi, le Canadien de Montréal a décidé d'investir un million de dollars pour aménager une patinoire extérieure dans un parc. Le groupe Simple Plan projette de créer une maison de jeunes. Et des dizaines de blocs à appartements sont achetés par des organismes communautaires qui désirent les revitaliser.

Du positif dans le drame

«On implique les gens. Et ils s'approprient les projets, que ce soit pour l'aménagement d'un parc, l'embellissement d'une rue. Il y a eu un grand changement de mentalité à Montréal-Nord. Ça avait déjà commencé, mais les événements ont eu ça de positif c'est que ça a accéléré ce mouvement-là», explique M. Geoffrion.

Selon lui, l'un des meilleurs exemples est la transformation presque totale des Habitations Pelletier, de grands blocs de logements qui abritaient des gangs de rue.

«Les gangs avaient même creusé des tunnels pour se sauver si la police arrivait», se rappelle M. Geoffrion.

Aujourd'hui, ces blocs ont été achetés par une société d'habitation populaire qui y a créé un centre communautaire très impliqué dans la vie du quartier.

Évidemment, il n'existe pas de baguette magique pour faire disparaître les problèmes de gangs de rue. «Le décrochage et le chômage, on ne réglera pas ça demain matin. Par contre avec des initiatives comme celles-là, on réussit à changer les choses», dit-il.

  • Montréal-Nord a investi 12 millions $ en équipement récréatif pour les jeunes depuis un an. C'est trois fois plus qu'une année normale.
  • Le secteur nord-est de Montréal-Nord est le secteur le plus densément peuplé au Québec avec 277 personnes/ha contre 160/ha dans le Plateau Mont-Royal.

  • Vidéos

    Photos