Les empreintes digitales seront requises pour entrer au Canada

Immigration - Les empreintes digitales seront requises pour entrer au Canada

© (AP Photo/Bob Farley

Elizabeth Thompson

Dans l’ensemble, les Canadiens sont d’accord pour exiger les empreintes digitales de ceux qui cherchent à s’installer au Canada, révèle un sondage mené en janvier pour le compte du ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration. On voit également d’un bon œil l’usage d’autres méthodes biométriques pour éviter l’emploi abusif des programmes gouvernementaux.

Par contre, la pilule passe mieux lorsqu’il est question de soumettre les non-Canadiens à ces procédures plutôt que les citoyens canadiens.

Le ministère de l’Immigration compte exiger les empreintes digitales des demandeurs de résidence temporaire en 2011. Dès 2013, quiconque voudra obtenir un permis de travail ou faire un séjour d’études au Canada, de même que les visiteurs de pays étrangers où un visa d’immigration est exigé, devront fournir leurs empreintes digitales.

Chez les services de sécurité, la cueillette d’informations biométriques telles que les empreintes digitales, l’identification grâce au balayage de l’iris ou les techniques d’identification des traits du visage est bien perçue. Ceux qui militent en faveur de mesures pour protéger la vie privée s’inquiètent toutefois de l’utilisation que les gouvernements font de ces informations.

Les Canadiens appuient l’idée d’utiliser des moyens biométriques pour vérifier les antécédents judiciaires des Non-Canadiens qui cherchent à s’installer au Canada dans une proportion de 84%. Ils sont d’accord également pour que ces moyens soient utilisés pour vérifier l’identité des étrangers qui veulent obtenir un visa, pour faire des vérifications aux frontières ou confirmer l’identité de quelqu’un à la demande de compagnies aériennes ou de pays.

Le gouvernement fédéral jongle également avec l’idée d’exiger certaines informations de la part des participants aux programmes gouvernementaux ou de ceux qui circulent dans les édifices du gouvernement.

Sur ce premier point, 84% des répondants estiment que le recours à la biométrie pour prévenir un usage abusif des programmes gouvernementaux soit une bonne solution.

On estime dans une proportion de 76% qu’il faudrait faire usage de techniques biométriques pour faciliter l’accès à ces programmes. En revanche, les Canadiens aiment moins l’idée d’exiger des renseignements privés des gens pour pouvoir avoir accès aux édifices gouvernementaux. Néanmoins, ils sont tout de même 74% à se prononcer en faveur.

Bien que les répondants aient exprimé certaines réserves face à l’usage de ces informations biométriques, ils croient dans une proportion de 64% que le gouvernement ne les utilisera qu’aux fins auxquelles elles ont été recueillies.

Ce sondage a été mené entre les 16 et 31 janvier. La marge d’erreur est de 2,8%, 19 fois sur 20.


Vidéos

Photos