Candidate malgré la maladie

Lachine - Candidate malgré la maladie

Lise Poulin se présente dans l’arrondissement Lachine où elle souhaite succéder à la conseillère Élizabeth Verge. © Éric Yvan Lemay

Éric Yvan Lemay
Le Journal de Montréal

Ce n'est pas la dystrophie musculaire qui va écarter Lise Poulin de la politique. La femme de 30 ans, qui se déplace en fauteuil électrique, a annoncé hier son intention de briguer le poste de conseillère municipale à Lachine.

«J'espère aider les autres avec mon implication, servir de modèle», dit celle qui a étudié en toxicomanie et en santé mentale à l'Université de Montréal.

Un parcours particulier

Elle dit que les préjugés sont encore ancrés et elle veut travailler à améliorer l'accès aux personnes à mobilité réduite. «Je ne pense pas juste aux personnes en chaise roulante, mais aussi aux mères avec des poussettes.»

Lorsqu'elle avait sept ans, elle a réalisé que les autres la regardaient différemment. «Je pleurais. Mon père m'a dit: les gens ne te regardent pas parce que tu es différente, mais parce que tu es belle», raconte la jeune femme. Depuis, elle ne s'est jamais laissée abattre par la maladie. Elle a été bénévole pour les Jeux du Québec en 2001 et porte-parole pendant six ans de la Société canadienne de dystrophie musculaire.

C'est Claude Dauphin, le maire de l'arrondissement de Lachine, qui l'a approchée pour joindre Union Montréal.


Vidéos

Photos