Des propriétaires excédés

Mathieu Turbide
Le Journal de Montréal

«Ça fait cinq ans que je me fais niaiser. Il est temps que ça finisse», lance avec une rancoeur bien compréhensible Ulysse Migneault, propriétaire d'un terrain que la compagnie Devimco promettait d'acheter dans Griffintown.

Aussi sur Canoe.ca

Comme des dizaines d'autres propriétaires de ce secteur du sud-ouest de Montréal, M. Migneault croyait au projet Griffintown. Il avait accepté de vendre à Devimco lorsque l'entreprise de Québec l'avait approché, il y a cinq ans.

«Ils ont payé une garantie, puis ils disaient qu'ils allaient vite ramasser les fonds nécessaires pour le projet, mais c'était toujours repoussé», raconte M. Migneault.

L'homme d'affaires, qui exploitait deux garages dans le secteur, a fermé ses commerces à la demande de Devimco. «Garder un garage vide, ça me coûte 60 000 $ par année avec les taxes et les assurances», souligne-t-il.

Plus besoin de Devimco

Excédé, M. Migneault a décidé l'an dernier de développer luimême son projet de condominiums avec un associé, Tony Salvo. Leur projet, ARTA, au coin des rues Ottawa et de la Montagne, comptera près de 150 unités de condos.

Depuis l'an dernier, ils ne peuvent pas développer le projet puisque la Ville a gelé, en avril, toutes les émissions de permis de construction dans le secteur.

M. Migneault et son associé attendent seulement que la Ville abroge ce gel des permis pour commencer la construction. «On a déjà 72 personnes intéressées», dit-il.


Vidéos

Photos