Une banane volante indigeste

Manque de fonds - Une banane volante indigeste

Un photomontage préparé par l’artiste César Saëz en lien avec son projet Banane géostationnaire au-dessus du Texas.Photo Le Journal

Jean-François Codère
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 20-06-2008 | 08h50

Malgré des subventions fédérales et provinciales totalisant maintenant près de 150 000 $, l'ambitieux projet d'un artiste montréalais de faire voler une banane géante dans le ciel du Texas cet été semble compromis, par manque de fonds.

Aussi sur Canoe.ca

Le Journal avait levé le voile sur le projet de l'artiste montréalais César Saëz en janvier 2007. Près de 65 000 $ lui avaient alors été octroyés en bourses par le Conseil des arts du Canada (CAC) et le Conseil des arts et lettres du Québec (CALQ).

Depuis, le CAC lui a accordé une bourse additionnelle de 80 000 $, dont la moitié reste conditionnelle.

Après plus de deux ans de recherche, M. Saëz et ses collaborateurs se disaient fin prêts, en mars dernier sur leur site Internet, à entamer la production finale de la banane longue de 300 mètres.

Manque de fonds

Pour cela, l'équipe disait toutefois avoir besoin de recueillir 1,5 M$ et envisageait y parvenir en sollicitant les internautes.

Or, à peine 12 018 $, soit moins de 1 % du total, avaient été obtenus dimanche dernier, le 15 juin, échéance fixée pour recueillir la somme.

La mi-juin étant clairement identifiée comme «la date limite pour commencer la production» sur le site Web du projet, un gros doute plane sur sa réalisation.

Il a toutefois été impossible d'obtenir plus d'informations de César Saëz, qui n'a pas répondu à nos courriels. Au Conseil des arts du Canada, qui tentait lui aussi de le joindre, il a répondu qu'il n'était pas disposé à accorder une entrevue pour l'instant.

Pas remboursables

Les internautes devraient être remboursés, selon ce qu'ont promis Saëz et son équipe, mais il en va autrement pour le CAC et le CALQ.

«Ces bourses ont été remises dans le cadre d'un programme de recherche et de création», explique le directeur des relations publiques du CALQ, Carl Allen.

«Nous comprenons que, parfois, pour toutes sortes de raisons, il n'y ait pas de création au bout.» La position est semblable au fédéral. «C'est de l'argent pour la recherche, pas pour le résultat», indique la porte-parole Carole Breton.

LES BOURSES REÇUES POUR LA BANANE

Conseil des arts du Canada (total : 95 000 $)

2004 : 15 000 $

Recherche liée au projet

2007 : 80 000 $

La première tranche de 40 000 $ a déjà été versée. La seconde devrait l'être à l'automne, après la production par l'artiste d'un rapport sur ses activités.

Conseil des arts et lettres du Québec (total : 52 320 $)

2005-2006 : 25 000 $ Recherche liée au projet

2005-2006 : 2500 $ Bourse de déplacement liée au projet

2006-2007 : 24 820 $ Recherche liée au projet

TOTAL 147 320 $


Vidéos

Photos