Jean Charest sauve le crucifix

Rapport Bouchard-Taylor - Jean Charest sauve le crucifix

Le fameux crucifix de l’Assemblée nationalePhoto Le Journal

Yves Chartrand
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 23-05-2008 | 07h57

Preuve que le rapport Bouchard-Taylor ne passera pas comme une lettre à la poste, les députés ont adopté hier à l'unanimité une motion qui consacre la valeur «historique» du crucifix de l'Assemblée nationale, faisant ainsi un premier pied de nez aux commissaires qui recommandaient de le décrocher.

Dans une déclaration solennelle en chambre, le premier ministre a clairement indiqué que son gouvernement allait jeter un regard critique sur le rapport Bouchard-Taylor. «Les Québécois ont parfaitement le droit de décider dans quelle société ils veulent vivre : il y a des valeurs qui ne sont pas négociables», a-t-il tranché.

Histoire et patrimoine

Par exemple, le crucifix qui pend au-dessus du trône du président de l'Assemblée nationale «n'est pas uniquement un symbole religieux» comme le croit Charles Taylor et Gérard Bouchard, a jugé Jean Charest. Il y voit plutôt «une signification très importante sur le plan de l'histoire et de notre patrimoine religieux», dit-il

En point de presse plus tard, il a refusé de dire que ce rapport avait l'étoffe pour rassurer les inquiétudes identitaires des Québécois. «C'est à nous que revient la responsabilité de donner suite aux recommandations du rapport et comme tous les autres rapports, ils ne sont jamais appliqué avec un chèque en blanc», a déclaré le premier ministre.

Néammoins, le chef du gouvernement libéral a annoncé hier une première série de mesures qui vont dans le sens des recommandations de Bouchard-Taylor en ce qui a trait à l'immigration.

En chambre hier, malgré son appel à tous les parlementaires, Jean Charest a refusé de rencontrer les deux autres chefs de partis pour élaborer avec eux un plan d'action sur la question identitaire.

Un référendum

Il a rejeté aussi la suggestion des deux oppositions adéquiste et péquiste de faire adopter une Constitution québécoise. «Ça prendrait des années et un référendum», s'est-il moqué.

En point de presse, Jean Charest a indiqué que son gouvernement a plutôt l'intention «de prendre le temps de bien lire ce rapport étoffé et d'évaluer les recommandations» avant de proposer un plan d'action.. Il n'a pas donné d'échéancier sur la suite des choses.

LA MOTION ADOPTÉE

«L'Assemblée nationale réitère sa volonté de promouvoir la langue, l'histoire, la culture et les valeurs de la nation québécoise, favorise l'intégration de chacun à notre nation dans un esprit d'ouverture et de réciprocité, et témoigne de son attachement à notre patrimoine religieux et historique représenté par le crucifix de notre Salon bleu et nos armoiries ornant nos institutions.»

LA RÉPONSE DU GOUVERNEMENT CHAREST

  • Un renforcement de la francisation avant l'arrivée des immigrants.

  • Une déclaration signée par laquelle les candidats à l'immigration s'engageront à adhérer aux valeurs communes de notre société.

  • Un mécanisme qui aidera les décideurs à traiter les questions d'accommodement dans le respect de la laïcité de nos institutions.

  • De plus, je demande aux parlementaires de collaborer à l'adoption du projet de loi 63 qui vise à amender la Charte des droits et libertés pour affirmer l'égalité des femmes et des hommes.

  • Vidéos

    Photos