Les citoyens ont leur mot à dire

Conservation du patrimoine religieux - Les citoyens ont leur mot à dire

Christine Saint-Pierre et Mgr Jean-Pierre Blais lors de la signature de l’entente© Canoë/Reine-May Crescence

Reine-May Crescence

Christine Saint-Pierre, ministre de la Culture, des Communications et la Condition féminine, et Mgr Jean-Pierre Blais, vicaire général et évêque auxiliaire à Québec, ont signé cet après-midi une entente d’une durée de trois ans concernant l’utilisation des églises de l’archidiocèse de Québec qui ne serviront plus aux cultes.

L’entente stipule qu’un an avant la fermeture d’une église ou sa vente, la fabrique, avec l’autorisation de l’Archevêque, devra faire connaître sa décision à la population. Celle-ci aura un an pour faire une proposition d’achat ou de nouvel usage. Le délai sera de deux ans dans le cas d’églises protégées et en vertu de la Loi sur les biens culturels. Libre à la fabrique d’accepter ou non cette nouvelle offre. Si la fabrique demeure propriétaire et qu'une mixité de fonctions est envisagée, le nouvel usage sera soumis à l'approbation de l'archevêque et de ses conseils afin de préserver la compatibilité de la nouvelle vocation avec la vocation initiale du bâtiment.

Veille patrimoniale

« Cette entente a l’avantage de mettre en place une veille patrimoniale et d’impliquer les citoyens très attachés au patrimoine religieux. Nous voulons explorer toutes les solutions pour assurer la conservation des églises et dans le respect de tous », a indiqué la ministre Saint-Pierre qui s’est engagée à faire le lien entre les différents projets qui émergeront.

Rappelant la triste histoire de manège militaire qui vient de partir en fumée, elle invite les gens à s’impliquer autant que possible dans la préservation du patrimoine religieux en donnant leur avis et leurs suggestions. « Lorsqu’on regarde le manège militaire, on mesure notre attachement à cet héritage précieux. Ce triste épisode nous rappelle qu’il faut prendre des mesures pour que notre patrimoine soit bien conservé et bien protégé », a déclaré la ministre.

La performance des installations à l’intérieur du manège comme les systèmes de gicleurs a été très décriée ces derniers jours. Interrogée à ce sujet, Mme Saint-Pierre n’a pas voulu alimenter la polémique : « Lorsque nous sommes intervenus, nous avons pu sauver des artefacts et divers documents. Je suis fière des gens de mon équipe qui ont fait un travail formidable et je n’ai pas à commenter le travail des militaires ».

Une douzaine d’églises concernées

Tout en exprimant sa reconnaissance au gouvernement et à la Ville de Québec pour l’aide consentie ces dernières années, Mgr Jean-Pierre Blais a rappelé l’importance d’une telle entente. « Que ce soit clair, cette connaissance publique de l’ensemble des procédures permettra d’impliquer les gens qui ont quelque chose à dire. Nous voulons une vision commune pour préserver ce patrimoine religieux » a-t-il lancé.

Une douzaine d’églises, parmi les 260 appartenant à l’archidiocèse, devraient subir des changements d’usage a fait savoir Mgr Jean-Pierre Blais. Toutefois, les églises qui ont bénéficié du fond du patrimoine religieux ne pourront pas changer de vocation avant cinq ans, a précisé la ministre Christine St-Pierre. Dans le cas contraire, elles devront rembourser l’aide accordée. Cette nouvelle entente, qui sera uniforme partout au Québec, va surtout permettre d’accélérer les procédures.


Vidéos

Photos