Labeaume réplique à Rozon

Le Journal de Québec

«On n'est pas obligé de donner l'argent des taxes pour un show qui est mal barré» de trancher le maire Régis Labeaume en dénonçant les propos «méprisants» de Gilbert Rozon, grand patron du Festival Juste Pour Rire.

Régis Labeaume est monté à nouveau au front hier pour défendre la décision de la Société du 400e d'annuler l'Opéra urbain, spectacle central qui soulignera le jour de la fondation de Québec. On sait que Gilbert Rozon reproche au 400e de l'avoir tenu dans l'ignorance de sa décision et de manoeuvrer pour drainer vers le Festival d'été les millions prévus pour l'Opéra.

Hier encore M. Rozon a soutenu que, contrairement aux prétentions du 400e, tout était prêt pour le spectacle conçu par sa conjointe, Danielle Roy, et qu'on utilise ce prétexte pour rediriger l'argent et faire gros Festival d'été avec des vedettes. Gilbert Rozon trouve curieux que cette décision arrive alors que Daniel Gélinas, ex-directeur du Festival et Régis Labeaume , ex-président du conseil d'administration du Festival, sont décisionnels.

Méprisant

«C'est inélégant, insolent et assez méprisant de dire que nous allons faire un gros Festival d'été» d'affirmer le nouveau maire de Québec. En entrevue au Journal il affirme que Daniel Gélinas a tout fait pour sauver l'Opéra urbain.

«Le rapport que Daniel Gélinas nous a faits aux ministres responsables, Philippe Couillard et Josée Verner, et à moi c'est qu'il voulait garder l'Opéra. Il a essayé de le sauver et s'est résigné à perdre 550,000$ investis. S'il a décidé de l'annuler, c'est qu'il n'était pas prêt. Ça n'a rien à voir avec la qualité du show mais avec sa faisabilité. On ne prend pas de chances avec 6 millions $ pris dans les poches des contribuables» d'expliquer le maire.

Contrat perdu

Il attribue la réaction ulcérée de Gilbert Rozon au fait qu'il n'aura pas de contrat finalement avec le 400e.

«Il utilise ce faux-fuyant pour éluder le fait qu'il est déçu d'avoir perdu le contrat, d'avoir essuyé un revers» affirme Régis Labeaume.

Au passage, il rappelle que le 400e a beaucoup souffert des allégations de conflits d'intérêts provoquées par le fait que le 400e s'apprêtait à confier la réalisation du superspectacle à Juste Pour Rire.

Le maire Labeaume fait remarquer en outre que l'entreprise de M. Rozon est une entreprise privée profitable, ce qu'il juge dans l'ordre des choses, alors que le Festival d'été est un OSBL qui réinvestit ses surplus dans la programmation.

Au sujet de son intervention musclée il dit «je ne pouvais laisser passer ça.

Le paradoxe là-dedans c'est que si c'étaient des gens de Québec qui tenaient de tels propos on passerait pour des villageois et des tribaux. Si personne ne réplique à M. Rozon on va passer pour des «zoufs» à Montréal«.


Vidéos

Photos