En marge de la fête

Petite

Benjamin Tessier, coordonnateur du Réseau de résistance du Québécois, avec Philippe Verville.  © Geneviève Riel-Roberge (Canoë)

Geneviève Riel-Roberge

Si la plupart des gens présents à Place d’Youville hier soir avaient le cœur aux festivités pour le coup d’envoi du 400e anniversaire de Québec, reste qu’une vingtaine de membres du Réseau de résistance du Québécois, créé il y à peine deux semaines, déplorent ce qu’ils qualifient « d’évacuation des symboles identitaires des Québécois » par la Société du 400e anniversaire de Québec dans le choix, entre autres, du visuel de la fête.

« Nous ne voulons pas être des trouble-fête, mais nous revendiquons le droit de s’affirmer. C’est notre première activité ce soir. Nous sommes ici pacifiquement », a commenté Benjamin Tessier, coordonnateur pour le Réseau de résistance du Québécois, qui déplore l’absence de symboles de l’identité québécoise dans le choix, notamment, du visuel adopté par la Société du 400e anniversaire de Québec.

Absence de symboles
« La Société du 400e anniversaire de Québec a évacué tous les symboles identitaires et a choisi des rubans (comme visuel). Il n’y a pas de distribution de fleurdelisés, comme à la Saint-Jean-Baptiste. En plus d’avoir évacué des symboles, elle va en rajouter, comme pour la fresque de la Confédération, qui est une énormité », mentionne-t-il, faisant référence à la fresque qui sera peinte sur un des murs aveugles autour de l'édifice Marie-Guyart et qui s’inscrit dans le projet Les fresques des capitales BMO. « On dirait qu’on essaie de nous apaiser », déplore l’étudiant en cinéma.

Pour Denis Julien, autre membre du réseau, la présence de leurs membres traduit la conscience des Québécois : « Nous voulons être la conscience des Québécois. Québec n’est pas une ville ordinaire. Ici, c’est la capitale nationale du peuple québécois. On fête 400 ans de présence québécoise en Amérique ».

« Nous sommes le seul peuple au monde qui fête ses conquérants », conclut Benjamin Tessier, insistant toutefois qu’il ne veut nullement que le Réseau soit un élément de provocation lors des célébrations et qu’il comptait quitter le site vers 23 heures.


Vidéos

Photos