Montmorency apostasie

Religion - Abandon - Montmorency apostasie

Le comédien André Montmorency affirme avoir reçu plus de 200 courriels depuis quelques jours de gens qui veulent, eux aussi, quitter l’Église catholique.Phoro Jacques Bourdon

Valérie Dufour
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 06-12-2007 | 08h17

Outré par les propos du cardinal Marc Ouellet, André Montmorency a décidé de quitter le navire de l'Église catholique et il invite les Québécois à suivre le sillage de son apostasie.

Aussi sur Canoe.ca

«Je suis tanné de l'Église catholique depuis l'âge de 13 ans. Ça fait cinq ans que je me pose des questions, mais ça fait deux semaines que j'ai des réponses», explique le comédien.

Ce sont les excuses publiques du primat de l'Église canadienne pour les erreurs commises par le clergé avant les années 1960 qui ont fait déborder le vase. «En demandant pardon, M. Ouellet n'a pas compris qu'il attiserait les flammes. J'ai envoyé une lettre par messager hier (mardi) pour annoncer que j'apostasiais. J'espère créer un mouvement», ajoute le bouillant personnage.

Dans une chronique publiée dans le journal Le Plateau, M. Montmorency affirme qu'il a été victime d'abus sexuel quand il était pensionnaire dans les années 1950.

Agression

«Je fus convoqué dans la cellule de mon titulaire, au Collège Sainte-Croix. La lumière était tamisée et il avait revêtu un t-shirt moulant. En moins de deux, je fus assis sur ses genoux et j'ai appris ce qu'était un French kiss pendant que je me faisais triturer la tristounette au travers de mon pantalon. Je réussis à me dégager en utilisant la force de mes 13 ans», écrit-il.

Réactions des archevêchés

Au diocèse de Québec, personne n'a pu commenter la sortie du comédien. On a expliqué que le cardinal Ouellet et ses évêques auxiliaires étaient en rencontre pastorale à l'extérieur de la ville.

L'Archevêché a tout de même précisé que des lettres ouvertes comme celles de M. Montmorency ont un impact minime sur le nombre de demandes d'apostasie chaque année ; il n'y en aurait qu'une centaine dans la région de Québec annuellement.

Archevêché de Montréal

L'Archevêché de Montréal a, de son côté, refusé de confirmer s'il avait reçu la demande d'apostasie de M. Montmorency, car il s'agit d'une correspondance privée. Le diocèse montréalais affirme recevoir en moyenne deux ou trois demandes d'apostasie par semaine.

«Les gens sont libres d'adhérer à l'Église catholique. C'est à eux de décider quand ils veulent quitter», a indiqué la responsable des communications du diocèse de Montréal, Lucie Martineau.

Le Mouvement laïque québécois a mis en ligne un formulaire pour ceux qui désirent renoncer à leur statut de catholique www.mlq.qc.ca.


Vidéos

Photos