1,5M$ pour une salle à débarras

Hôpital Pierre-Boucher - 1,5M$ pour une salle à débarras

Plus de 1700 patients ont été traités dans la salle d’hémodynamie de l’hôpital Pierre-Boucher l’an dernier. On pourrait facilement en doubler le nombre en ouvrant une seconde salle.Photo Pierre-Paul Poulin

Éric-Yvan Lemay
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 26-09-2007 | 11h18

Les travaux d'une 2e salle d'hémodynamie à l'hôpital Pierre-Boucher sont bloqués depuis plus d'un an

Aussi sur Canoe.ca

Alors qu'à l'hôpital Charles Le Moyne on réclame une salle d'examen spécialisée pour les patients cardiaques, la poussière s'accumule dans une salle identique à dix minutes de là, à l'hôpital Pierre- Boucher. Les travaux, bloqués depuis juin 2006, ont déjà coûté 1,5 M$.

«La moitié de la salle est déjà payée ici et on va tout recommencer à Charles Le Moyne. Ça fait cher pour une salle qui va nous servir de débarras», déplore la chef du département de cardiologie, la Dre Sylvie Maillette.

L'hôpital Pierre-Boucher possède déjà la seule salle d'hémodynamie en Montérégie et a traité 1 716 patients l'an dernier. L'hémodynamie est une méthode chirurgicale qui permet de détecter les blocages chez les victimes d'un infarctus et d'orienter le cardiologue pour la pose d'un tuteur coronarien (stent).

En juin 2004, le Ministère autorisait la mise en chantier d'une deuxième salle tout près de la première, au coût de 1,5 million de dollars.

En novembre 2005, on annonçait en grande pompe l'achat des équipements nécessaires au fonctionnement de la salle pour un somme supplémentaire de 1,6 million de dollars. La députée libérale Fatima Houda-Pépin était présente lors de cette annonce.

Projet bloqué

Puis, en avril 2006, le Ministère demandait un arrêt complet des travaux. Depuis, les murs ont été complétés pour fermer la pièce et celle-ci a été condamnée. Lors de la visite du Journal, hier, des dizaines de poutres, des chaises et des matériaux inutilisés jonchaient le sol. Pourtant, l'hôpital est prêt à accueillir de nouveaux patients, d'autant plus que l'hôpital Charles Le Moyne, qui n'a pas de salle d'hémodynamie, envoie 800 patients par année au CHUM. La semaine dernière, des cardiologues de cet établissement ont dénoncé publiquement cette situation.

Transferts illogiques

«On est prêts à collaborer depuis des années. C'est vrai que c'est illogique de mettre des patients souffrant d'un infarctus en pleine heure de pointe sur les ponts», dit la Dre Maillette. Ces transferts coûtent environ 700 000 $ par année à Charles Le Moyne.

«On voudrait que les gens soient soignés plus près de chez eux, leur éviter l'inconfort du transport», dit le directeur des services professionnels, le Dr Michel Laurence.

D'autant plus que selon un rapport d'experts du gouvernement, il faudrait l'équivalent de 4,6 salles d'hémodynamie en Montérégie alors qu'on n'en compte qu'une seule présentement.

La Fondation de l'Hôpital Pierre-Boucher a financé une partie de cette salle d'hémodialyse, qui faisait partie de l'agrandissement de l'hôpital, en fournissant 7,5M$ sur un budget global de 63 M$.


Vidéos

Photos