La langue doit demeurer le ciment de la culture québécoise

Sylvain Trépanier
Journal de Québec

À l'heure où des municipalités se dotent d'un «code de vie» et que chaque jour amène son lot «d'accommodements raisonnables», une centaine de personnes réunies au Musée de la civilisation à l'invitation de l'Institut du Nouveau Monde ont tenté de répondre à la question: Que devient la culture québécoise et que voulons-nous qu'elle devienne?

À l'instar d'autres groupes qui se réunissaient sous le même thème dans neuf autres villes du Québec, les gens de Québec estiment que l'intégration (et non l'assimilation) des nouveaux arrivants passe davantage par l'éducation que par l'adoption d'un «code de vie», quoique l'immigrant qui désire venir s'installer au Québec doit bien sûr être conscient de ses droits, mais a aussi le devoir de faire preuve d'une volonté de s'intégrer à sa communauté d'accueil, ont estimé les participants.

Entre la mosaique et la courtepointe

Selon eux, la langue commune, le français, doit agir comme vecteur et ciment de la culture. Par ailleurs, l'intégration des nouveaux arrivants passe nécessairement par le renforcement du système d'éducation et l'aménagement de meilleures structures d'accueil pour les immigrants. Cela, croient certains participants, réduirait la durée nécessaire pour s'intégrer à la société d'ici.

L'émergence de nouveaux forums, tant réels que virtuels, pourrait favoriser un meilleur échange entre les gens de diverses communautés et de diverses cultures.

La laicité, c'est sacré

Sans casser de sucre sur le dos des «accommodements raisonnables», les participants au brainstorming d'hier estiment que certains acquis de la société québécoise, et qui font désormais partie de sa culture, sont non négociables.

Dans ce contexte, la laïcité de l'espace public apparaît comme «sacrée» et la place des femmes dans la société ne fait pas partie des choses négociables.

Quant au rôle des gouvernements, les participants au colloque d'hier estiment qu'une meilleure formation pourrait être offerte aux fonctionnaires (parmi lesquels les différentes communautés culturelles sont sous-représentées) pour les initier aux différentes réalités culturelles.

En somme, favoriser la participation des immigrants à la vie d'ici favoriserait leur intégration, ont conclu les participants d'hier.


Vidéos

Photos