Le policier dans l'eau chaude

Taïeb Moalla
Journal de Québec

Dernière mise à jour: 28-01-2007 | 11h32

Un policier-patrouilleur de Montréal, qui a composé une chanson fort critique envers les accommodements raisonnables, risque de passer devant le conseil de discipline du Service de police de la ville de Montréal (SPVM).

«La chanson ne véhicule pas les valeurs du service, soit l'intégrité et le respect», a estimé le sergent Ian Lafrenière du SPVM.

Aussi sur Canoe.ca
Comme la situation est totalement inédite, ce dernier s'est déclaré incapable de dire si l'agent pouvait être renvoyé du Service. «Nous avons un code de discipline interne. Une fois l'enquête terminée, il pourrait passer devant un conseil de discipline», a-t-il indiqué.

Succès immédiat

Dès qu'il s'est rendu compte du succès immédiat de sa composition -- largement propagée par courriel --, le policier de 37 ans a prévenu ses supérieurs. «Une enquête interne a été immédiatement ouverte», a ajouté M. Lafrenière.

Par ailleurs, le responsable des communications a assuré que «la composition de la chanson ne s'est pas faite sur le temps de travail de l'agent et les équipements de la police n'ont pas été utilisés. Il l'a fait sur une base personnelle».

L'agent, qui compte 15 ans de service au sein du SPVM, n'a pas été suspendu pendant la durée de l'enquête.

Ça commence à faire là

La pièce musicale, qui dure une min 26 secondes, a fait apparemment son apparition sur le site Humour Québec (www.humourqc.com), il y a dix jours. Intitulée Ça commence à faire là, elle est chantée sur l'air du Moustique de Joe Dassin.

«Les accommodements raisonnables, on n'est plus capables», soutient avec beaucoup d'humour le compositeur. «On veut bien accepter des ethnies, mais non pas à n'importe quel prix», ajoute-t-il.

Prônant la défense de «notre culture (qui) se fait cracher dessus», le chansonnier se pose des questions. «Nous sommes-nous fracturés la raison pour les caprices de chaque religion?», s'interroge-t-il.

Pris au premier degré, certains passages peuvent choquer. «Si tu n'es pas content de ton sort, il existe un endroit qui est l'aéroport», chante-t-il.

«Ce qui préoccupe notre service, c'est de connaître l'intention qu'il y a derrière ces paroles», a admis Ian Lafrenière.

D'autre part, des sources policières ayant requis l'anonymat ont indiqué au Journal que l'agent a été le premier surpris du succès de son morceau. Ce dernier aurait assuré qu'il n'avait aucune «intention malicieuse» en le composant.

Le Journal a tenté en vain de joindre le policier-chanteur.

La fameuse chanson
(Sur l'air de Le Moustique, de Joe Dassin)

On pense que ça commence à faire là
On pense qu'on a assez ri de nous autres là
Pis pour ceux qui n'seraient pas contents
Cri...-moi votre camp
On veut bien accepter les ethnies
Mais non pas à n'importe quel prix
Si tu veux te joindre à notre beau pays
Tu devras faire certains compromis
Lorsque accueilli dans une place
Il faut se fondre à la masse
Parce qu'on peut dire qu'ici tu es bien
D'où est-ce que tu d'viens?
On peut maintenant porter le kirpan
Parce que nous autres on est tolérant
Changer les règles du ymca
Pis un coup parti du clsc
Nous sommes-nous fracturé la raison?
Pour les caprices de chaque religion
Vos accommodements raisonnables
On est pu capable
Y'a des limites à s'faire chier dessus
Par une minorité de trous de c...
Si tu n'es pas content de ton sort
Y'existe un endroit qu'est l'aéroport
Toi ma minorité ethnique
Arrête un peu ta musique
Sinon dans ce cas-là tu devras
Retourner chez toi
Retourner chez toi


Vidéos

Photos