Laval ouvre ses portes aux étudiants libanais

Sylvain Trépanier
Le Journal de Québec

À l'instar d'autres universités du Québec, l'Université Laval a décidé de mettre en place des mesures spéciales à l'intention des étudiants touchés par le conflit au Proche-Orient.

Dans un premier temps, l'université entend faire preuve de compréhension et de souplesse à l'endroit des 37 étudiants du Proche-Orient déjà admis ou inscrits pour la cession qui s'amorcera le 5 septembre. L'institution demande à ces étudiants qui prévoient éprouver des difficultés à entreprendre leur cession d'études à temps de communiquer avec elle sans délai afin d'obtenir le soutien nécessaire à leur venue. Une activité d'accueil particulière sera également organisée à l'intention de ces étudiants. Un soutien psychologique sera également disponible.

L'Université Laval offre également des cessions d'études à des étudiants de trois universités de la région immédiate de Beyrouth avec lesquelles elle a des ententes de partenariat. Sous réserve de certaines conditions, les étudiants des Universités Saint-Esprit de Kaslik (à Jounieh, 20 km au nord de Beyrouth), Antonine (à Baabda, banlieue chrétienne de Beyrouth) et Saint-Joseph (à Beyrouth) pourront faire des séjours à Laval.

Ces étudiants doivent être présentement inscrits à leur institution, y obtenir un accord pour faire un séjour d'études à Laval, être admissible à un programme d'études à Laval où des places sont encore disponibles et détenir un permis de séjour temporaire émis par l'ambassade du Canada.

«Nous sommes actuellement à faire l'inventaire des programmes non contingentés et on pense avoir plus de places disponibles que nous aurons de demandes», estime Richard Fournier, porte-parole de l'Université Laval.

Sans fournir directement d'aide financière à ces étudiants, l'université redirigera les étudiants libanais vers les organismes qui pourront les aider tant du point de vue financier que pour se trouver un logement ou encore organiser la logistique de transport entre le Liban et le Canada.

Enfin, l'université offre également des places dans certains programmes aux candidats qui détiennent déjà un permis de séjour temporaire au Canada et qui désirent suivre des cours à la cession d'automne 2006.


Vidéos

Photos