«Les temps durs sont arrivés plus vite que prévu...»

Yvon Laprade
Le Journal de Montréal

Au lendemain de la fermeture-surprise de ses usines de panneaux et de sciage, la papetière américaine Louisiana-Pacific s'est dite hier incapable de prédire à quel moment elle compte reprendre ses activités.

«Ça va prendre une combinaison de solutions, mais pour le moment, nous ne pouvons fixer aucun échéancier», a confié hier au Journal de Montréal le porte-parole de l'entreprise, Philippe Dalpé.

Il précise toutefois que les perspectives du marché des panneaux orientés ne sont pas réjouissantes à court terme et qu'une reprise du marché n'est pas envisageable «avant un an ou dix-huit mois».

«Nous expédions 85 % de notre production aux États-Unis et, depuis un an, les prix ont chuté de moitié. Les choses ne se sont pas améliorées au cours des trois derniers mois, avec une baisse des prix de 30 %.

«Ce contexte difficile gruge notre rentabilité, et l'usine de Saint-Michel-des-Saints n'est plus rentable. Il a fallu fermer. Les temps difficiles sont arrivés plus rapidement que prévu», ajoute-t-il.

Approvisionnement en bois

En attendant une reprise du marché, Louisiana-Pacific souhaite «trouver des solutions» et s'asseoir avec le ministre des Ressources naturelles, Pierre Corbeil, entre autres sur la question des approvisionnements en bois.

«Nous allons chercher notre bois de plus en plus loin et nous aimerions que le ministre accepte de rebrasser le jeu de cartes régional pour améliorer nos approvisionnements, sans pour autant désavantager les autres compagnies forestières», précise Philippe Dalpé.

Il insiste sur le fait que la papetière américaine «ne veut surtout pas quémander» des avantages au gouvernement.

«Mais le coût du bois représente 35 % de nos coûts de production totale, ce qui est considérable. On croit que le ministre Corbeil est sensible et préoccupé. Il y a un sentiment d'urgence», ajoute-t-il.

Une rencontre le 21

De son côté, l'attaché de presse du ministre des Ressources naturelles, Mathieu St-Amand, a reconnu que le gouvernement pourrait «travailler sur la question des approvisionnements».

«Il y aura une rencontre entre nos gens du Ministère et la direction de la papetière (le 21 août) pour trouver des pistes de solution.

«Mais nous devons faire bien attention de ne pas envoyer des signaux qui seraient interprétés par les Américains comme une forme de subvention, dans le contexte tendu du conflit sur le bois d'oeuvre», a-t-il tenu à souligner.

Depuis un an, le prix des panneaux orientés (de 1000 pieds carrés) est passé de près de 300 $ US à 175 $ US.


Vidéos

Photos