Revoir notre position en Afghanistan

Annie Fernandez
Le Journal de Québec

Bob Rae espère un retour à une mission plus «calibrée» en Afghanistan, loin des ambitions de victoire militaire.

«Il faut retrouver l'équilibre. Quand la mission a été créée, on a parlé de défense, de diplomatie et de développement. Aujourd'hui, on fait toutes nos dépenses sur la défense. On dépense 1 milliard, dont 10 % en aide au développement», déplore-t-il.

Il faut négocier avec l'OTAN afin de ramener la mission à ses objectifs premiers. «Ce n'est pas pour avoir une victoire militaire que nous sommes là. Ce ne sont plus les Américains qui ont le leadership de la mission. C'est L'OTAN», insiste-t-il, rappelant que des civils soutiennent toujours les Talibans.

«Au Parlement, nous avons eu un débat de six heures; c'est ridicule. Il faut une vraie discussion nationale», répète Bob Rae.

Il voit une subordination aux Américains dans le dossier du Proche-Orient. «J'aurais voulu que M. Harper dise qu'on cherchait une solution au problème, qu'on allait trouver une solution avec d'autres pays. J'aimerais voir une politique canadienne plus claire sur la crise humanitaire qui existe. On peut offrir l'assistance pour le Liban», lance M. Rae, perplexe.

L'armée est là pour aider le Canada à faire la paix, répète-t-il, à favoriser la réconciliation.


Vidéos

Photos