Une œuvre d’art à l’abandon...!

André Beauvais -Journal de Montréal

Les Montréalais sont propriétaires d’une oeuvre d’art qui a été évaluée récemment à 50 millions de dollars et qui est devenue un pigeonnier souillé et crotté pratiquement abandonné dans la nature de l’île Sainte-Hélène.

L’Homme, d’Alexander Calder, symbole d’Expo 67, se trouve sur une place publique dans le parc Jean-Drapeau, et la rouille a commencé son oeuvre.

Des graffitis sont aussi apparus sur ce stabile unique du plus grand sculpteur des temps modernes.

La conseillère municipale Francine Sénécal, membre du comité exécutif et responsable politique des oeuvres d’art, a reconnu hier que cette oeuvre nécessitait une intervention importante et que son administration a autorisé une dépense de 116 000 $ pour la restaurer.

Un don aux Montréalais
Cette oeuvre fut commandée à Calder par la compagnie International Nickel du Canada (INC) à l’occasion de l’Exposition universelle de Montréal en 1967. La firme en a fait don aux Montréalais en mai 1967 lors de l’ouverture d’Expo 67.

À l’origine, elle fut installée à la pointe ouest de l’île Sainte-Hélène, du côté de la Rive-Sud, où se trouvait le pavillon de l’INC.

L’Administration de Montréal l’a déménagée en 1991 sur une nouvelle place publique, du côté de Montréal, avec vue magnifique sur le Vieux-Montréal et le centre-ville, endroit qui porte maintenant le nom de belvédère du parc Jean-Drapeau.

L’exécutif étonné
Une patinoire est aménagée l’hiver sur cette place publique située à quelque 300 pieds de la station de métro Jean-Drapeau.

Mme Sénécal a déclaré au Journal de Montréal que les membres du comité exécutif ont été des plus étonnés d’apprendre la valeur de cette magistrale sculpture de nickel et d’acier.

Elle nous a informés que les travaux de restauration seront exécutés par la firme Dolléans Art Conservation et qu’ils seront terminés à temps pour les Mondiaux de natation qui se dérouleront tout à côté.

Maintenant qu’on sait ce que vaut cette oeuvre d’art, la Ville voudra-t-elle la déplacer au centre-ville pour en faire profiter des millions de touristes ?

Mme Sénécal ne voit pas un tel scénario pour l’avenir. « Nous sommes engagés dans une phase de valorisation du parc Jean-Drapeau et nous voulons plutôt amener les visiteurs vers la sculpture », a-t-elle conclu.

Tout ça à cause du 11 septembre
C’est la tragédie du World Trade Center qui a déclenché la grande opération d’évaluation de L’Homme de Calder.

Les dirigeants du Service de la culture de la Ville de Montréal ont alors appris qu’une oeuvre de Calder, de plus petite dimension, avait été détruite dans cette tragédie et que la compagnie d’assurances l’avait évaluée à 20 M$ US.

Évaluation
Un mandat fut alors donné à la spécialiste Susan Watterson pour revoir l’évaluation de L’Homme produite en 1992 par la Pace Gallery de New York, soit 7 M$ US.

Francyne Lord, commissaire à l’art public de Montréal, atteste ce qui suit :

- Il a été pris en compte les valeurs d’autres oeuvres de Calder vendues dans les encans de Sotheby’s et Christie à New York.
- L’Homme est la plus grande sculpture au monde (67 pieds) non peinte de Calder.
- La valeur des Calder est en pleine croissance depuis 1998, année du centenaire de la naissance de l’artiste.
- Calder l’a réalisée alors qu’il était au sommet de sa carrière, âgé de 67 ans.
- Les grandes sculptures de Calder sont rares ; peu de villes en possèdent : Chicago, Paris, Cologne, Berlin, Spoletto et Mexico.
- Aucun des grands musées canadiens ne possède une oeuvre d’art d’une aussi grande valeur.


Vidéos

Photos