Attention aux chaînes pyramidales!

Attention aux chaînes pyramidales!

C'est beau une pyramide... mais dangereux!

par Mélanie Brisson - Journal de Montréal

Attention, les fraudes pyramidales refont surface ! La Sûreté du Québec, qui note une recrudescence des plaintes dues à ces investissements illégaux, prévient le public.

Depuis avril, le Service des enquêtes sur les crimes économiques de la Sûreté du Québec a reçu plus d’une douzaine d’appels de personnes qui ont perdu de l’argent en entrant dans une pyramide.

Ce qui signifie qu’après une accalmie due à une répression sévère à la fin des années 80, les fraudes pyramidales recommencent à sévir en territoire québécois.

La police a déjà identifié des pyramides à Sherbrooke, Québec, Montréal. «Quand on commence à avoir des plaintes, on sait que le cancer doit être pris un peu partout», confie le lieutenant et chef de module du Service des enquêtes sur les crimes économiques de la SQ, Michel Forget. La GRC a aussi reçu des plaintes de son côté.

Les nouvelles pyramides seraient contrôlées par une femme gourou résidant en Alberta, qui aurait empoché des millions, tandis que certains investisseurs lésés ont perdu jusqu’à 67 000 $ US en participant à plusieurs réseaux.

Ils ne peuvent récupérer leur argent puisqu’ils ont adhéré à une pyramide, un système interdit par le Code criminel. Participants et organisateurs sont passibles de deux ans d’emprisonnement.

Comme une secte
Les techniques de recrutement se sont raffinées. Les fraudeurs ont laissé tomber les réunions de groupes habituelles pour opter pour des vidéoconférences et des appels conférences, par exemple, et Internet facilite la transmission des documents.

«N’importe qui peut adhérer. Les gens se font convaincre par le discours. Les recruteurs jouent sur la prestance, la crédibilité. Ça ressemble aux sectes», dit le lieutenant Forget. On utilise le mot don au lieu d’investissement, et on invite les gens à participer à la croissance d’une communauté.

Au départ, l’investisseur doit verser 2000 $ US pour en faire partie et doit recruter au moins deux autres personnes prêtes à payer le même montant. Pour grimper de niveau et faire de l’argent, il doit absolument y avoir de nouveaux investisseurs. Chaque membre verse la moitié de ses gains à celui qui l’a recruté, et ce, d’échelon en échelon. «C’est utopique de penser que tout le monde va gagner de l’argent. C’est un principe voué à l’échec au départ. Il n’y a pas assez de gens qui vont adhérer à la pyramide», indique Michel Forget.

Toute information peut être communiquée au Service des enquêtes sur les crimes économiques de la Sûreté du Québec au (514) 598-4134 ou au (418) 623-6300.

EXEMPLE

  • 1. Pour entrer dans la pyramide, chaque cueilleur doit payer 2000 $ US et recruter deux autres personnes prêtes à payer le même montant. On retrouve 16 personnes à ce palier.
  • 2. Les trieurs sont des cueilleurs qui ont réussi à trouver deux nouveaux membres, devenus à leur tour des cueilleurs. Le trieur encaisse le 2000 $ payé par l'un des deux cueilleurs qu'il a réussi à recruter, récupérant ainsi sa mise initiale. L'autre 2000 $ va à celui qui a fait entrer le trieur dans la pyramide. Pour faire de l'argent, le trieur doit donc attendre que ses deux cueilleurs recrutent eux-mêmes de nouveaux membres.
  • 3. Le contremaître progresse vers le sommet en récoltant 2000 $ pour chaque trieur qu'il a recruté. Il doit verser la moitié de ses gains au fermier, qui est sommet de la pyramide, en attendant d'atteindre lui-même ce palier grâce à l'arrivée de nouveaux membres.
  • 4. Le fermier n'a qu'à encaisser le magot, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de nouveaux investisseurs et que la pyramide s'écroule. Une fois qu'il a atteint le montant maximal, il peut aussi fonder une autre pyramide.

Vidéos

Photos