AFP
AFP

L'extrême droite dans la rue, l'Allemagne redoute un nouveau Chemnitz

L'extrême droite dans la rue, l'Allemagne redoute un nouveau Chemnitz

Photo AFP

AFP

Köthen | Environ 2500 personnes ont manifesté dimanche soir dans l'est d'Allemagne à l'appel de l'extrême droite à la suite de la mort d'un jeune homme dans une bagarre avec deux Afghans, une mobilisation qui fait craindre aux autorités une répétition de Chemnitz.

La rassemblement à la mémoire de la victime de 22 ans a eu lieu dans la ville de Köthen, dans l'État régional de Saxe-Anhalt, où le drame s'est produit la nuit précédente.

Dans une atmosphère souvent tendue, les participants ont crié «Résistance! Résistance!» pour dénoncer les demandeurs d'asile, responsables à leurs yeux d'une hausse de la criminalité, et la politique migratoire du gouvernement, a rapporté l'AFP.

«Aujourd'hui est un jour de deuil, mais nous allons transformer la tristesse en colère», lance un orateur à la foule, avant d'ajouter : «Oeil pour oeil, dent pour dent!».

La police locale a estimé leur nombre total à 2.500. La rassemblement s'est dispersé dans le calme en milieu de soirée.

Arrêt cardiaque

Une contre-manifestation de 200 personnes de la gauche radicale s'est également tenue dans cette ville de 26 000 habitants.

«Au-delà de l'émotion légitime, il convient de rejeter toute tentative de faire de Köthen un deuxième Chemnitz», a mis en garde le chef du gouvernement régional, Reiner Haseloff.

L'Allemand de 22 ans est décédée d'un arrêt cardiaque. Parmi les deux Afghans de 18 et 20 ans interpellés, le second est soupçonné de «coups et blessures volontaires graves ayant entraîné la mort».

Et ce même si, en parallèle, le parquet a précisé après autopsie que l'arrêt cardiaque n'avait pas été directement causé par les coups portés.

Selon le quotidien local Mitteldeutsche Zeitung, la victime souffrait préalablement de problèmes cardiologiques. Les autorités n'ont donné aucune précision sur les raisons de l'altercation.

Dimanche, de nombreux habitants sont venus déposer des gerbes de fleurs et allumer des bougies sur les lieux du drame.

Les craintes de violences en réaction sont particulièrement élevées du côté des autorités locales, car le frère de la victime est un sympathisant néonazi notoirement connu.

«De nouveau un jeune Allemand a été assassiné par des demandeurs d'asile, de nouveau un compatriote a été victime de la politique d'immigration totalement irresponsable de ceux qui nous gouvernent», a accusé le groupuscule d'extrême droite ayant appelé à la manifestation de dimanche soir.

Vu le précédent de Chemnitz, les autorités ont multiplié les appels au calme à la population, le ministre de l'Intérieur de Saxe-Anhalt, Holger Stahlknecht, lui demandant de rester «pondérée».

Le précédent de Chemnitz

Il y a tout juste deux semaines, un Allemand de 35 ans avait été tué de plusieurs coups de couteau à Chemnitz, également dans l'ex-RDA. Un meurtre que la police soupçonne plusieurs demandeurs d'asile irakiens et syrien d'avoir commis.

L'extrême droite allemande, en plein essor dans les sondages, s'est déjà saisie de cet homicide pour organiser plusieurs manifestations dans la ville. Objectif: dénoncer la hausse de l'insécurité et, au-delà, la politique migratoire de la chancelière Angela Merkel jugée trop laxiste.

Cette mobilisation, marquée par des violences, a ébranlé le pays, relancé le débat sur l'immigration et provoqué une nouvelle crise gouvernementale.

Elle oppose la chancelière de centre droit à son ministre de l'intérieur, Horst Seehofer, président du parti bavarois très conservateur CSU, qui a soutenu les manifestants d'extrême droite de Chemnitz alors qu'Angela Merkel a dénoncé la «haine» qu'ils véhiculaient.

Le patron du Renseignement intérieur allemand, Hans-Georg Maassen, hiérarchiquement sous les ordres de M. Seehofer, s'est immiscé dans la joute cette semaine en contestant la réalité des « chasses » aux étrangers à Chemnitz, pourtant condamnées par Angela Merkel.

Cette sortie alimente, dans le camp de la chancelière, le soupçon que le Renseignement intérieur agit en service commandé du ministre de l'Intérieur pour déstabiliser Angela Merkel.

M. Seehofer a répété dimanche soir avoir « pleine confiance » dans M. Maassen, tout en indiquant attendre de sa part lundi un rapport étayant ses propos.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos