AFP
Agence QMI

Éthiopie: craintes d'une crise humanitaire pour les déplacés

Éthiopie: craintes d'une crise humanitaire pour les déplacés

AFP

AFP

GENÈVE | Plusieurs organisations d'aide humanitaire ont lancé vendredi un cri d'alarme à propos du sort des centaines de milliers de déplacés éthiopiens qui ont fui les violences intercommunautaires dans le sud du pays et vivent dans des lieux « impropres à l'habitation humaine ».

Plus de 800 000 personnes ont fui les violences le le long de la frontière entre les régions oromo et somali, dans le sud-est de l'Éthiopie, durant le seul mois de juin, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha).

Une première vague d'exodes avait eu lieu lorsque des combats avaient éclaté en avril dans cette zone, a ajouté Ocha, affirmant ne pas être en mesure d'estimer le nombre total de déplacés.

« La situation est extrêmement fluctuante », a déclaré à l'AFP une porte-parole d'Ocha, Vanessa Huguenin.

La plupart des personnes récemment déplacées vivent sans abri ni condition sanitaire corrects et la situation risque de s'aggraver avec le début de la saison des pluies, a averti l'agence de l'ONU pour les migrations (OIM).

« Les déplacés marchent pendant des jours en quête de sécurité, beaucoup dorment à la belle étoile, ils ont peu ou pas de biens, en dehors des vêtements qu'ils portent, et pas de nourriture ni d'argent », souligne l'OIM dans un communiqué.

Selon l'agence, ceux qui ont fui récemment sont venus grossir les rangs des quelque 1,8 million de déplacés déjà recensés en Éthiopie.

Beaucoup de déplacés ont trouvé refuge auprès de parents, dans des écoles, des bâtiments publics ou des usines désaffectées, selon l'OIM. « Des milliers de personnes s'entassent dans des centres bondés impropres à l'habitation humaine », tandis que d'autres « dorment dehors sur des sols sales, avec seulement une bâche pour se protéger du froid ou de la pluie ».

Pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), les affrontements intercommunautaires dans le sud de l'Éthiopie alimentent « une crise humanitaire qui se développe rapidement ».

« Cette crise passe complètement sous les radars de la communauté internationale et les conséquences de cette négligence pourraient être désastreuses », a déclaré une responsable du CICR, Shirin Hanafieh, dans un communiqué. Si l'aide humanitaire n'augmente pas rapidement, des risques de malnutrition et de maladies vont se développer, d'autant que la saison des pluies commence, avertit-elle.

L'Éthiopie est divisée en régions administratives dessinées principalement sur des lignes ethniques qui ont été ces derniers mois le théâtre d'affrontements entre communautés, notamment dans la région oromo, la plus grande du pays et celle qui accueille le plus grand groupe ethnique, les Oromos.

L'année dernière, des affrontements le long de la frontière entre les régions oromo et somali avaient fait des centaines de morts et au moins 1,1 million de déplacés, selon l'ONU.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos