Jonathan Bernier
Journal de Montréal

Joël Bouchard fait appel à son complice

Daniel Jacob agira à titre d'entraîneur adjoint du Rocket de Laval - Joël Bouchard fait appel à son complice

Daniel Jacob a répondu à l'appel de Joël Bouchard chez le Rocket de Laval.Photo d'archives, Martin Chevalier

Jonathan Bernier

Le boulot d'entraîneur-chef vient souvent avec la prérogative de pouvoir amener avec lui un adjoint qu'il connaît, en qui il a confiance et avec qui la chimie est installée depuis longtemps. Joël Bouchard n'y a pas fait exception.

Six jours après l'embauche de Bouchard à titre d'entraîneur-chef du Rocket de Laval, le Canadien a annoncé celle de Daniel Jacob. Adjoint de Bouchard avec l'Armada de Blainville-Boisbriand au cours des quatre dernières saisons, Jacob occupera les mêmes fonctions avec le club-école du Canadien.

« Faire partie de l'une des organisations sportives les plus prestigieuses au monde, c'est un rêve de ti-cul qui se réalise. », a lancé l'homme de 37 ans en entrevue téléphonique avec Le Journal.

« Je suis très heureux que Joël ait pensé à moi, qu'il m'ait offert ce poste, a-t-il déclaré. On s'entend bien, on se challenge bien et on a des idées bien arrêtées sur nos façons de fonctionner. On s'est bien adaptés l'un à l'autre. »

Éternel adjoint

Occuper un poste au sein de l'organigramme du Canadien a beau être un rêve devenu réalité, cela n'a pas empêché l'ancien défenseur des Redmen de McGill de prendre le soin de réfléchir quelques instants.

« Je ne peux pas dire que je n'ai pas hésité. J'aurais pu me retrouver au poste d'entraîneur-chef d'un groupe de joueurs que je connaissais, au sein d'une organisation [l'Armada de Blainville-Boisbriand] fantastique. Ce n'était pas nécessairement un choix facile, mais c'était une belle possibilité d'avancement. »

Avant d'être l'adjoint de Bouchard, Jacob avait été celui de Kelly Nobes, pendant quatre autres campagnes, chez les Redmen de McGill, de la Ligue universitaire canadienne.

« Je suis un adjoint de longue date », a-t-il lancé, dans un éclat de rire.

Blague à part, l'homme de hockey originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu s'y connaît en matière d'athlètes âgés dans le début de la vingtaine.

« Dans un cas comme dans l'autre, ce sont tous des jeunes qui aspirent à quelque chose. La façon de travailler reste la même. Ils aiment savoir le pourquoi des choses. Quand ça a du sens, l'idée est habituellement facile à vendre. »

Un détour par la Serbie

L'adaptation du junior au niveau professionnel est loin de l'inquiéter. On parle d'un homme qui s'est exilé en Serbie, où il a disputé trois saisons avec l'équipe de Novi Sad.

En plus de représenter le pays au Championnat mondial de hockey de 2009 (Div. II) et de 2010 (Div. I), il y a rencontré la femme de sa vie, celle avec qui il élève un jeune garçon de six ans.

« Ça a été un trip de vie incroyable, a raconté Jacob. Ça me suit encore aujourd'hui. Dans le hockey, ce n'est pas toujours le plus fort qui survit. Parfois, c'est celui qui s'adapte le mieux. Pour vivre là-bas, il en a fallu de l'adaptation. »

Par ailleurs, ceux pour qui le nom de Daniel Jacob semble familier n'ont pas la berlue. Jacob avait pris part au Repêchage Bell, une émission de téléréalité pancanadienne diffusée en 2004 à CBC et RDS.

Cette expérience lui avait permis d'obtenir la visibilité suffisante pour participer à un camp d'entraînement des Panthers de la Floride et de jouer quelques matchs avec le Rampage de San Antonio, dans la Ligue américaine.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos