AFP
AFP

Le baron mexicain de la drogue Rafael Caro Quintero inculpé

Le baron mexicain de la drogue Rafael Caro Quintero inculpé

Rafael Caro QuinteroPhoto AFP

AFP

Le fondateur de l'ancien cartel de Guadalajara, Rafael Caro Quintero, en fuite, a été inculpé jeudi par la justice américaine pour trafic de drogue et meurtres, notamment celui d'un agent de l'agence américaine de lutte contre la drogue (DEA).

Parallèlement, la DEA et la police fédérale (FBI) ont placé «Rafa» sur la liste des dix personnes les plus recherchées avec, à la clef, 20 millions de dollars de récompense pour tout indice qui mènerait à son interpellation.

Le trafiquant présumé, parfois appelé «le Narco des narcos», a déjà été condamné par la justice mexicaine pour son implication dans la mort d'Enrique Camarena, un agent de la Drug Enforcement Agency, enlevé, torturé et assassiné en 1985 au Mexique.

En 2013, un tribunal mexicain a ordonné sa remise en liberté, après avoir purgé 28 des 40 ans d'emprisonnement auxquels il avait été condamné. La décision a été cassée par la Cour suprême du Mexique, mais Rafael Caro Quintero était déjà passé dans la clandestinité.

Dans un entretien accordé en juillet 2016 à l'hebdomadaire mexicain Proceso, celui qui est parfois considéré comme le père du trafic de drogue moderne avait nié toute implication dans l'enlèvement et l'assassinat d'Enrique Camarena.

L'acte d'accusation couvre la période de janvier 1980 à janvier 2017, selon le document consulté par l'AFP, la justice américaine accusant notamment «RCQ», l'un de ses surnoms, d'avoir introduit aux États-Unis plusieurs tonnes de cannabis et plusieurs kilos de cocaïne en 2015 et 2016.

Rafael Caro Quintero serait ainsi aujourd'hui l'un des chefs du cartel de Sinaloa, l'un de ceux nés de la disparition du cartel de Guadalajara et jadis commandé par Joaquin Guzman, alias «El Chapo», aujourd'hui en détention à New York, dans l'attente de son procès.

Au total, le trafic de drogue aurait rapporté à «RCQ» plus de dix millions de dollars.

Selon l'acte d'accusation, signé du procureur fédéral de Brooklyn, l'organisation de Rafael Caro Quintero s'appuyait sur des hommes de main, les «sicarios», chargés d'enlever, de torturer et de tuer des témoins gênants ou des rivaux.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos