AFP
AFP

La Chambre veut des réponses de la Maison-Blanche

La Chambre veut des réponses de la Maison-Blanche

Rob PorterPhoto AFP

AFP

Washington | Une commission parlementaire américaine a ouvert une enquête sur le contrôle de sécurité subi à son embauche par le secrétaire du personnel de la Maison-Blanche, accusé de violences conjugales, a annoncé mercredi son président, le républicain Trey Gowdy.

Rob Porter, contraint de démissionner de son poste la semaine dernière, a travaillé aux côtés de Donald Trump pendant plus d'un an, sans avoir obtenu une habilitation de sécurité complète. Il bénéficiait seulement d'une habilitation provisoire.

« La commission se penche sur les politiques et les procédures par lesquelles les habilitations de sécurité provisoires sont examinées et attribuées par l'exécutif et dans quelle mesure l'habilitation de sécurité délivrée à (Rob) Porter correspondait à ces politiques », a écrit Trey Gowdy dans une lettre adressée au secrétaire de la Maison-Blanche John Kelly.

Le président de la commission de Contrôle de la Chambre a également écrit à Christopher Wray, le directeur du FBI, pour demander des réponses à ce scandale qui plonge la Maison-Blanche dans l'embarras et met la pression sur son secrétaire général, John Kelly.

La police fédérale était en effet au courant des accusations de violences conjugales à l'encontre de Rob Porter mais a affirmé avoir transmis à l'exécutif un rapport complet sur Rob Porter en juillet.

Le FBI avait interrogé deux ex-femmes de Rob Porter, ses accusatrices, dans le cadre de ses vérifications de sécurité.

« Je vais diriger mes questions au FBI et je m'attends à ce qu'ils répondent. Et s'ils n'y répondent pas, alors ils auront besoin de me donner une vraie bonne raison » a martelé Trey Gowdy, interviewé mercredi par la chaîne CNN.




Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos