AFP
AFP

Syrie: l'armée annonce avoir chassé l'ÉI de deux provinces

Syrie: l'armée annonce avoir chassé l'ÉI de deux provinces

Photo AFP

AFP

L'armée syrienne a annoncé vendredi avoir chassé des provinces de Hama (centre) et Alep (nord) les jihadistes du groupe État islamique (ÉI) qui étaient revenus il y a quelques semaines.

«Les unités de l'armée syrienne et les forces qui lui sont alliées ont achevé leurs opérations de combat avec succès et libéré un grand nombre de localités, villages et fermes dans les ragions de Hama, Alep et Idleb», affirme l'armée dans un communiqué vendredi.

Elle parle d'une opération «d'une importance stratégique car elle a mis fin à la présence du groupe terroriste Daech (ÉI) dans les provinces de Hama et Alep».

L'ÉI avait profité des combats opposant l'armée à des rebelles et aux jihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham, dominé par l'ex-branche locale d'Al-Qaïda, pour se redéployer il y a quelques semaines dans la région frontalière entre les provinces de Hama, Alep et Idleb (nord-ouest).

Soutenu par l'aviation de l'allié russe, le régime a lancé le 25 décembre une vaste offensive pour reconquérir le sud-est d'Idleb.

Dans ce secteur, il a notamment repris l'aéroport militaire stratégique d'Abou Douhour, une percée inédite pour le régime dans cette province, la dernière qui échappe entièrement à son pouvoir et qui est aujourd'hui dominée par Hayat Tahrir al-Cham.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a pour sa part indiqué que l'armée était parvenue à prendre le contrôle de «plus de 80 villages en une semaine d'opérations et d'avancées qui ont entraîné l'effondrement et le retrait des membres du groupe ÉI».

L'ÉI est encore présent dans un secteur restreint au sud de la province d'Idleb, où il fait face à des groupes rebelles.

Le régime mène également une offensive contre les derniers combattants de l'ÉI dans la province de Deir Ezzor, frontalière de l'Irak.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes territoires en Irak et en Syrie, les jihadistes de l'ÉI ont vu leur «califat» auto-proclamé se réduire comme peau de chagrin sous le coup de multiples offensives.

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques par le régime de Damas, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 340 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.




Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos