AFP
AFP

Les États-Unis envisagent de développer de «mini-armes nucléaires»

Les États-Unis envisagent de développer de «mini-armes nucléaires»

Jim MattisPhoto AFP

AFP

Le ministère américain de la Défense veut réexaminer son arsenal nucléaire et développer un nouveau type d'armes à la puissance limitée, qui fait craindre aux experts une relance de la prolifération et un risque plus élevé de conflit nucléaire.

Cette proposition apparaît dans une version préliminaire de la nouvelle «Nuclear Posture Review» (évaluation du dispositif nucléaire) que le Pentagone doit publier en février. Elle rompt avec la vision de l'ex-président Barack Obama qui, en 2009 à Prague, avait appelé à l'élimination de toutes les armes nucléaires.

Estimant que la situation mondiale est aujourd'hui beaucoup plus complexe qu'en 2010, date de la publication de son dernier examen du dispositif nucléaire, le Pentagone conclut que les États-Unis doivent aligner leur posture nucléaire sur «l'évaluation réaliste» des menaces auxquelles ils sont confrontés, émanant notamment de Corée du Nord, de Russie ou de Chine.

«Les menaces se sont fortement aggravées» depuis 2010, souligne le ministre de la Défense Jim Mattis en préambule de ce projet de document, dont le Huffington Post a été le premier à publier une copie. «Les États-Unis sont confrontés à un environnement où la menace nucléaire est plus diverse et plus avancée que jamais».

Le Pentagone propose donc de développer de nouveaux types d'armes nucléaires à la puissance limitée, notamment des armes tactiques, parfois appelées «mini-armes nucléaires», qui ont un fort taux de pénétration et sont capables de détruire des bunkers ou des installations enterrées.

Il affirme que des armes nucléaires moins puissantes et plus nombreuses permettraient de contrer la «confiance mal placée» des ennemis des États-Unis dans l'idée que Washington n'utilisera jamais ses armes nucléaires conventionnelles, trop puissantes et destructrices.

Le ministère de la Défense et l'agence fédérale de sécurité nucléaire doivent développer à cet effet un missile balistique mer-sol, précise ce document. Cette arme assurera «une option de rétorsion rapide capable de pénétrer les défenses de l'ennemi», ajoute le texte.

Contacté par l'AFP, le Pentagone s'est abstenu de commenter le document, soulignant qu'il s'agissait d'un texte «pré-décisionnel» qui n'a pas été approuvé par la Maison Blanche. La version finale est attendue le 2 février.

Un recul

Pour Barry Blechman, co-fondateur du Stimson Center, un centre de recherche de Washington spécialisé dans la lutte contre la prolifération nucléaire, ce document représente un recul par rapport aux efforts des administrations précédentes qui tentaient de réduire le risque de conflit nucléaire.

«Les idéologues pro-nucléaires affirment que pour une réelle dissuasion, les États-Unis doivent s'aligner sur l'arsenal de l'ennemi, à l'arme près, à la puissance près», a précisé M. Blechman à l'AFP. «Cette opinion n'a aucune base empirique mais elle est largement partagée par les civils nommés à des postes» gouvernementaux par le président Donald Trump.

A peine élu, M. Trump avait appelé en décembre 2016 à «renforcer et agrandir fortement» les capacités nucléaires du pays et il avait demandé une nouvelle politique nucléaire quelques jours à peine après son arrivée à la Maison Blanche début 2017.

La «Nuclear Posture Review» assure que le développement d'armes de faible puissance n'est pas destiné à faciliter l'usage d'armes nucléaires. «Il est important pour la préservation d'une dissuasion crédible contre une agression régionale d'élargir la flexibilité de nos options nucléaires maintenant, pour y ajouter des armes de faible puissance», est-il simplement indiqué.

Pourtant, le document modifie le seuil d'utilisation d'une bombe nucléaire, citant notamment une cyberattaque massive.

Pour Barry Blechman, ce serait une violation de l'esprit du traité de non-prolifération de 1968, à l'heure où Washington tente de convaincre l'Iran et la Corée du Nord d'abandonner leur programme nucléaire.

«Cela encouragerait ceux qui, dans de nombreux pays, affirment que l'arme nucléaire est essentielle à la sécurité», a-t-il ajouté.

Le document du Pentagone affirme que l'engagement des États-Unis envers le traité de non-prolifération «reste fort». Mais il ajoute que «l'environnement actuel rend tout progrès en terme de réduction des armes nucléaires extrêmement difficiles à court terme».



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos