Agence QMI
Agence QMI

Un ministre britannique s'attend à ce que de nouveaux emplois soient créés

Un ministre britannique s'attend à ce que de nouveaux emplois soient créés

Photo d'archives

Agence QMI

Devant le sérieux de la situation, le gouvernement britannique a envoyé son ministre des Affaires à Montréal vendredi afin d'obtenir des assurances après l'annonce de la transaction entre Bombardier et Airbus quelques jours plus tôt.

Londres suit le dossier Bombardier de près étant donné que les ailes des appareils de la C Series sont fabriquées dans une usine de la compagnie montréalaise à Belfast, en Irlande du Nord. Environ 4500 personnes travaillent à cette usine et plusieurs de ces emplois dépendent du succès de la C Series. L'usine est le plus gros employeur de la région.

De plus, le gouvernement de la première ministre Theresa May, minoritaire, a l'appui des 10 députés nord-irlandais du Parti unioniste démocrate et a ainsi un grand intérêt à protéger les emplois dans cette région du pays.

Mme May est elle-même intervenue ces dernières semaines dans le dossier des droits compensatoires que Washington veut imposer à Bombardier à la suite d'une plainte de Boeing qui accuse l'entreprise québécoise de faire du dumping aux États-Unis en y vendant des appareils de la C Series en deçà du prix coûtant et de bénéficier de subventions gouvernementales indues.

Vendredi, le ministre britannique Greg Clark, après avoir rencontré les dirigeants de Bombardier et d'Airbus réunis à Montréal, et avoir parlé à des représentants gouvernementaux canadiens, a affirmé que l'entente entre Bombardier et Airbus, qui se soldera par la prise de contrôle par Airbus du programme de la C Series, devrait entraîner la création de nouveaux emplois à Belfast.

«Nous aurons des discussions plus en détail à mesure que l'entente progressera, mais il y avait beaucoup d'optimisme à l'effet que le travail généralement réalisé à Belfast augmentera, a dit M. Clark à des journalistes britanniques, faisant référence à une croissance attendue des ventes des appareils de la C Series.

«De toute évidence, si la demande augmente, il faudra qu'il soit décidé où la future capacité sera assurée. Et je m'attendrais à ce que Belfast soit une bonne candidate pour cela.»

Le ministre Clark et les politiciens nord-irlandais ont accueilli favorablement l'entente entre Bombardier et Airbus annoncée lundi dernier et ont promis de travailler avec les deux compagnies afin de protéger la main-d'oeuvre de la région.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos